Défense Active des Amateurs d'Armes ASBL

 Ave Nobel 5 Bte2 - B-1300 Wavre (Belgique)

Devenez gratuitement membre de DAAA !

 


 

Les bourses aux armes, une cible de plus pour les anti-armes...

Rédigé par Jacques - 21 juillet 2004

 

Des manoeuvres sont intentées par certains pour tenter d'éloigner les amateurs d'armes des bourse

Plusieurs articles sur internet ou dans les revues spécialisées en France, mais aussi en Suisse font état de manoeuvres intentées par certains fonctionnaires pour tenter d'éloigner les amateurs d'armes des bourses. En Belgique aussi nous avons connu et nous connaissons parfois encore ce type d'actes d'intimidation. Aux USA aussi se développe une vague anti gunshow et ce depuis une dizaine d'années déjà. Par exemple, si le shotshow international n'est pratiquement plus organisé qu'a Las Vegas Nevada ce n'est pas pour le climat ou la qualité des hôtels de la ville, c'est surtout parce qu'un lobbying intensif et des menaces ont conduit de nombreuses villes à s'abstenir ou à refuser d'organiser ce type de convention, et ce, malgré les retombées économiques que représente un événement de cette ampleur.
 

Il s'agirait de lutte contre le trafic illégal d'armes, voire même de chasse aux terroristes


La version officielle est bien évidemment autre, il s'agirait de lutte contre le trafic illégal d'armes, voire même de chasse aux terroristes. Croire une seule seconde que des trafiquants attendent l'organisation d'une bourse pour se rencontrer ou que des candidats à une action terroriste ont besoin d'une bourse pour s'équiper est du plus grand ridicule et même si cela s'avérait être vrais, ce n'est pas en organisant des opérations visibles contre des exposants ou en relevant ostensiblement les numéros des plaques minéralogiques des voitures des visiteurs que les fonctionnaires responsables risquent de débusquer ce genre de lièvre, mais il est vrais qu'il est plus simple et moins risqué de perdre son temps un dimanche matin sur le parking d'une bourse que d'aller à la pêche aux trafiquants dans les quartiers chauds des grandes villes. Il est vrai aussi que l'arrestation d'un dangereux collectionneur détenant une trentaine d'armes anciennes et parfois hors d'usage sera plus médiatiquement porteuse que l'arrestation de trente vrais méchants armés d'un pistolet voir même de RPG7.

L'acharnement contre les bourses ou les réunions de collectionneurs n'a rien d'anodin

L'acharnement contre les bourses ou les réunions de collectionneurs n'a rien d'anodin, le but est clairement d'isoler les amateurs d'armes. Depuis des années, les diverses révisions des textes de loi qui régissent notre activité et la censure médiatique dont notre communauté est l'objet ont largement contribué à isoler les amateurs d'armes du reste de la population. Aujourd'hui, le but est de scinder les amateurs d'armes entre eux. Isoler des individus au sein d'une société cela revient à les fragiliser, cela revient à déstabiliser ces gens, accessoirement cela permet aussi de prétendre que le type de comportement ainsi isolé ne représente plus un comportement social acceptable, mais une dérive individuelle potentiellement dangereuse, presque une maladie. Cela évite aussi le risque que les amateurs d'armes se coalisent devant les attaques injustifiées dont ils sont perpétuellement les cibles et ne commence à réagir de manière structurée.

L'holophobie pour employer le néologisme de Jeff Cooper n'est pas récente.

La haine contre les amateurs d'armes, l'holophobie pour employer le néologisme de Jeff Cooper n'est pas récente, de tout temps les dirigeants ont développé ce type de logique dans le but d'assurer leur pouvoir. Ce qui est récent par contre c'est qu'aujourd'hui cette logique soit institutionnalisée au profit d'organisation supranationale aidé par des groupes de pression crée spécifiquement pour nuire aux amateurs d'armes. La logique qui se cache derrière cette campagne de désinformation, les buts recherchés par les commanditaires de ces actions ne sont pas une qualité de vie meilleure pour l'ensemble de l'humanité, ils sont bien plus sombres et plus intéressés que cela. 

L'arme individuelle qui était le symbole de l'homme libre est devenue celui de la mort et de la souffrance.

Avant la seconde Guerre mondiale en Europe occidentale la plupart des communes disposaient d'un stand de tir. Le tir était une activité pratique enseignée au même titre qu'un cour de gymnastique aujourd'hui. Souvent lors de Kermesse villageoise un tir était organisé et à cette époque la plupart des familles disposaient d'une ou plusieurs armes à la maison. Après guerre les choses ont commencé à changer, la société s’est urbanisée, les armes sont passées des vestiaires des maisons aux râteliers du fond du bureau, des râteliers aux armoires fermées à clefs pour finir dans nos coffres-forts modernes. L'arme individuelle qui était le symbole de l'homme libre est devenue le celui de la mort et de la souffrance, un objet inconnu pour beaucoup de nos concitoyens qui fait peur et qu'il faut soustraire à la vue de tous avant d'en interdire la possession aux autres. Les personnes qui comme nous continuent à vouloir pratiquer une activité (tir, chasse ou collection) sont présentées comme des gens rétrogrades voire potentiellement dangereux. Le fait que les armes détenues légalement causent bien moins de morts que toutes autres activités humaines, le fait que contrairement aux allégations de certains il n'y a aucun lien entre la détention d'une arme et le taux d'homicide ou de suicide au sein d'une famille ne pèse rien dans la balance. La machine qui est lancée contre nous, contre notre droit à vivre selon nos choix est en marche et les moyens dont elle dispose sont énormes. Je crois difficiles d'inverser la tendance tout au plus une mobilisation de l'ensemble des personnes seraient capable de ralentir cette logique, voir peut-être de l'arrêter.

La survie des bourses doit concerner tout le monde même ceux qui n'y mettent jamais les pieds.

De même que chacun doit se sentir concerné par les atteintes aux droits des armes en général et ce quelques soit sont activités dans ce domaine. La survie des bourses doit concerner tout le monde même ceux qui n'y mettent jamais les pieds. Même les professionnelles doivent s'inquiéter de la disparition de ce type d'événement car ne juger les bourses que comme des concurrents déloyaux c'est en l'ocurence faire preuve d'une courte vue. La fin des bourses signifierait la fin d'une possibilité de rencontre entre passionnés, la fin d'une possibilité pour un néofite de découvrir, en anonyme, le monde des amateurs d'armes et une victoire de plus pour une minorité d'activiste qui ont comme objectif de confisquer les libertés de tous à leurs profits personnels.

 

Eric. pour la DAAA-AVWL

 

QUESTIONS À PROPOS DE L'URSTBf

Rédigé par Jacques - 18 juillet 2004

Voici le courrier que l'ensemble des clubs de tir wallons a reçu. Ce courrier est un courrier officiel de la DAAA-AVWL:

Qu'une chose soit bien claire: nous ne mettons pas en cause l'existence de l'URSTBf. Une fédération est absolument nécessaire pour l'organisation de compétitions nationales et internationales ainsi que pour la diffusion de toutes les informations y afférentes etc.

Mais l'accumulation d'agissements et de raisonnements bizarres de la part de certains membres de la direction et surtout de Mr G. Etienne fait que plusieurs questions se posent sur la motivation et les objectifs de l'URSTBf.

1. En ce qui concerne les ARMES LONGUES SEMI-AUTOMATIQUES : dans la revue TIRS nr 2/2004 G. Etienne conclut après une argumentation incohérente que les armes S-A longues de "guerre" et les .22 S-A copies d'armes de guerre pouvaient être utilisées car reconnues dans une discipline sportive alors que les autres armes longues S-A en .22 restaient interdites.l'URSTBf, qu'attendait-elle pour reconnaître une discipline avec ces armes-là ? RIEN ne l'en empêchait ! La preuve : en Flandre une discipline de tir existait depuis des années sans problème et l'utilisation de toutes les armes longues semi-auto's y était courrante.En Wallonie ce n'est que grâce à la démarche du cercle de tir Moucronnais que l'arrêté Royal a été annulé à ce sujet et que l'utilisation de ces armes est à nouveau légalement autorisée.Pour quels motifs l'URSTBf a-t-elle toujours refusée de faire quoi que ce soit dans cette affaire ? Même après plusieurs interpellations de membres et d'associations !

2. Un arrêt du 19 mars 2004 du conseil d'état a annulé l'article de l'AR de juillet 2000 concernant l'interdiction de la présence des moins de 16 ans aux endroits où se trouvaient des armes à feu.L'analyse des juristes de l'UNACT démontre bien que l'utilisation d'armes soumises à autorisation reste interdite pour les -16ans.Alors pourquoi G. Etienne proclame-t-il que le tir à la carabine .22 match olympique leur est de nouveau autorisé ? (site l'URSTBf 21 avril 2004).La circulaire sur laquelle il se base a déjà été abrogée par un AR interdisant l'utilisation d'armes "de défense" par les -16ans.L'utilisation illégale d'armes à feu peut avoir des conséquences graves pour les utilisateurs, les détenteurs et pour les stands de tir où cela a été autorisé.

3. l'URSTBf aurait été "convoquée au ministère des sports pour rendre des comptes sur les tueries de Nanterre et d'Erfurt". (voir tirs nr 1/2004 page 6)

a) Qu'il soit bien clair : une fédération n'as pas de comptes à rendre pour des faits qui se passent dans d'autres pays et qui ne la concernent pas !

b) Nous ne voyons vraiment pas comment un statut de tireur sportif pourrait être "la seule solution" à cette problématique.

Et ce qui est surtout préoccupant : le statut du tireur sportif tel qu'il est décrété par la communauté française est excessivement mauvais pour les tireurs de loisir si ce statut était confirmé par une loi fédérale.

Pourquoi donc l'URSTBf insiste-t-elle tellement sur ce statut alors qu'il est mauvais pour 99% des tireurs à armes à feu ?


Une manoeuvre similaire a menée à l'interdiction de la plupart des armes à feu en Grande-Bretagne, même pour les tireurs sportifs. Ce statut est un piège, ni plus, ni moins !

c) Nous ne voyons pas la raison pourquoi l'URSTBf est prête à reconnaître un "amalgame entre les tireurs sportifs et les autres détenteurs d'armes".

A part les criminels, ces autres détenteurs d'armes ne sont pratiquement jamais impliqués non plus dans des incidents avec armes à feu ! 

Pourquoi l'URSTBf n'a-t-elle pas saisie l'occasion pour défendre rigoureusement l'honorabilité des détenteurs légaux d'armes en Belgique, qui sont si souvent accusés de faits exécutés par des criminels à l'aide d'armes illégales ? L'URSTBF se déclare-t-elle pas la seule interlocutrice reconnue par les autorités ? Elle se doit donc de défendre les intérêts de tous ! 

4. Une autre chose curieuse est la position de l'URSTBf au sujet des TIREURS DE LOISIR.D'après G. Etienne le tir de loisir n'est qu'un « support et une entrée à la compétition » ! D'où s'en suit que 99% des détenteurs d'armes légaux et tireurs de loisir ne sont considérés que comme inférieurs vu qu'ils ne font jamais de la compétition. Ce qui ressort d'ailleurs bien dans la question dénigrante : "Un tireur récréatif qui s'aligne une fois dans sa vie à un championnat Provincial deviendrait un compétiteur ? LE SERIEUX FINIRA PAR L'EMPORTER SANS DOUTE ( !!!) (tir nr 1/2004 page 7) De plus le tir de loisir n'étant qu'une "entrée à la compétition" il met en doute la continuité du tireur de loisir si celui-ci ne se met pas à participer à des compétitions.

Les questions suivantes se posent donc :

a) Pourquoi faire tellement d'efforts pour n'avantager que ± 2000compétiteurs avec des armes à feu ? (compté très largement)

b) Pourquoi dénigrer les tireurs de loisir et les types de tir que la fédération ne semble pas considérer comme « nobles » ? 

c) Pourquoi dans ce cas ne pas aider une autre fédération qui ne s'occuperait que de l'organisation et le développement du tir de loisir ?

5. Finalement un tas d'autres questions demandent réflexion et réponse. Notamment :

a) S'il est vrai qu'au plan international un pays ne peut être représenté que par une seule fédération nationale, pourquoi l'URSTBf s'oppose-t-elle si rigoureusement à ce qu'une deuxième fédération soit reconnue en communauté française alors qu'en Flandre cela est déjà réalisé depuis des années. De plus l'existence de plusieurs fédérations reconnues est pourtant tout à fait courante dans les autres sports et est un gage de démocratie !

b) Pourquoi l'URSTBf cherche-t-elle tellement à influencer le législateur dans le domaine de la loi sur les armes alors qu'elle se proclame « n'être qu'une fédération pour le tir sportif (de compétition) « et de ce fait seulement représentative que pour quelques détenteurs d'armes ?

c) Si un statut de tireur sportif est si important pour l'URSTBf, pourquoi ne crée-t-elle pas un statut au sein de la fédération ? Rien ne l'en empêche et compte tenu du peu de compétiteurs à l'arme à feu, ce serait beaucoup plus logique.

De plus, à partir de ce stade-là, il serait plus facile d'obtenir des dérogations sur une loi générale sur l'ensemble des amateurs d'armes.

d) Pourquoi l'URSTBf s'obstine-t-elle à refuser de collaborer avec d'autres associations de défense d'amateurs d'armes ?

Sa spécificité ne peut être qu'un apport positif à l'ensemble de la possession d'armes en général et à mieux cerner toute la problématique car au niveau législatif, la détention d'armes est de toute façon traitée dans son ensemble !


Ne faire une loi qu'à l'image du seul tireur sportif de compétition ne peut être que néfaste pour tout le monde, même pour les compétiteurs (voir Grande-Bretagne) 

Toutes ces questions, et tant d'autres encore d'ailleurs, nous laissent un peu perplexe sur les agissements de l'URSTBf.

C'est pourquoi nous avons cerné ces quelques points, non pas pour critiquer à tort et à travers mais pour entamer un dialogue afin d'éliminer ensemble des points divergents et dans le fond inutiles et de mettre en route un rassemblement dans l'intérêt de tous les amateurs d'armes dans leur diversité mais toujours dans la solidarité et le respect des idées des autres.


Voilà ce texte. A chacun d'apprécier et éventuellement de produire des remarques ou des critiques. Ne commettez pas l'erreur de croire que le calme législatif actuel sur notre loisir va durer (voir articles). Plusieurs textes sont aux portes des divers niveaux de pouvoir et n'attendent qu'une opportunité politique ou médiatique pour passer. 

DANIEL BEETS & l'équipe de la DAAA-AVWL

« précédente page 183 sur 188 suivante »