Ne pas abuser d'un drame pour mentir !

 


Les déclarations de Monsieur Llhan Berol lors de l'interview publiée en commentaire de l'ouverture du procès Hans Van Themsche appellent à une rectification.

 

 

Utiliser un drame pour discréditer une organisation sans connexion aucune avec ce drame !

 

Les horribles crimes commis par Van Temsche ne doivent pas donner lieu à transmettre des mensonges dans le public. En effet, dans son interview, monsieur Berkol, chercheur du GRIP, déclare que la bourse aux militarias à Ciney dure 3 jours sur un espace de 3 kilomètres et que des pièces détachées pouvant déneutraliser une arme automatique y pourraient être achetées. De plus, d'après ses déclarations, ce serait un lieu rêvé pour les trafiquants d'armes.

Mensonge premier, la bourse durerait trois jours !

 

Non, la bourse de Ciney ne dure qu'UN jour (le dimanche) deux fois par an et se tient dans un hangar fermé, ne donnant accès qu'à des exposants connus et inscrits auprès des organisateurs. La vente des armes "libre " et de pièces est strictement réglementée.

 

 

Mensonge second, la modification d'armes pour interdire le fonctionnement automatique ne serait affaire que de quelques pièces modifiées !

 

Non, les armes automatiques sont transformées en semi-automatique par le banc d'épreuve de Liège, institution reconnue par l'état Belge, qui veille via les transformations mécaniques à l'irréversibilité de la transformation par une modification des pièces porteuses, ce qui empêche toute "déneutralisation" ultérieure.Monsieur Berkol remet donc en doute un organisme officiel de contrôle et d'exécution qui travaille correctement depuis des années. Il est d'ailleurs à noter que la DAAA c'est à de nombreuses reprises interrogées sur l'atteinte à la valeur résiduelle d'une arme historique, profondément et irréversiblement dénaturées par les profondes modifications exigées pour supprimer un mode de fonctionnement qui n'apportent rien en terme de sécurité, mais vise juste à satisfaire les phantasmes de quelques un de nos opposants.

 

 

Mensonge troisième, la bourse un lieu de rassemblement des trafiquants !

 

Non, partout dans le monde, des criminels se rencontrent pour faire leurs affaires. Effectivement, les bourses de militaria pourraient être aussi des lieux de rencontres de ces personnes. Nous voulons quand même préciser que ces bourses sont contrôlées sévèrement (et à la pleine satisfaction des exposants) par les services de police afin d'éliminer les pommes pourries du panier. Parfois des interpellations sont effectuées et des personnes sont parfois interrogées. Rares sont pourtant les arrestations pour trafic. Il est donc étonnant d'affirmer que des criminels choisissent à dessein de ce réunir dans ce type d'événement hyper surveillé pour y faire leurs petites affaires, sauf évidement à vouloir amalgamer criminel et collectionneur d'arme pratique courante chez les membres du Grip. Les collectionneurs ne demandent pas mieux que d'être débarrassés d'individus criminels qui empoisonnent leur loisir.

 

 

Il est donc dommage que monsieur Berkol profite de son interview pour semer la suspicion sur des gens honnêtes qui vivent leur loisir pacifiquement.


SALUTATIONS AMICALES


DANIEL BEETS

 

 

 

2 commentaires

J'ai mal lu le nom de ce "chercheur". Hi-han Bêrk-Ol, c'est ça ?
Invité / mardi 16 octobre 2007 @ 12:40 #1
C'est la même music aux USA ou l'on veut fermer les 'gun shows' parce que les criminels et terroristes y achètent des armes. Encore une belle fable.
Invité / mardi 16 octobre 2007 @ 12:41 #2

Fil RSS des commentaires de cet article

Les commentaires sont fermés.