Kaujajoki risque de devenir le Colombine finlandais !


C'est ce que nous devons craindre après le massacre survenu dans cette bourgade tranquille de Finlande ! C'est la seconde fois en moins d'un an que ce genre de drame se répète dans ce pays. Songez à l'aubaine, un massacre dans une école par un tireur détenteur d'un port d'arme cette fois dans un pays ou la législation sur les armes est souple. Nos anti tout sont sur le sentier de la guerre, reniflent le sang chaud et l' opportunité de repasser leur message de prohibition.

De Internet aux armes à feu, tous coupables sauf le meurtrier !

 

Une fois de plus tout et n'importe quoi est mis en accusation pour faire de l'auteur du massacre une victime. Victime d'une société de consommation, des jeux vidéo, d'internet et bien sur la possibilité légale de détenir des armes. Tout est mis en accusation sauf l'essentiel. La personne, le meurtrier ! C'est une dérive aberrante de nos valeurs que d'avoir plus le souci des criminels que des victimes. C'est une dérive encore plus inquiétante de placer en accusation des éléments techniques ou des communautés pour les crimes posés par des individus. 

Aller au-delà des simplismes avancés par les prohibitionnistes !

Se poser les bonnes questions apparait comme essentiel lorsque ce genre de drame survient et même à bien y réfléchir il faudrait se les poser tout le temps, faire oeuvre de débat équilibré pour envisager des solutions qui vont au-delà des simplismes prônés par les prohibitionnistes. Le droit à détenir ou à porter des armes par les citoyens doit faire partie de ce débat non pas comme une option on/off, mais bien dans le cadre d'une appréciation globale et d'une mise en perspective des chiffres des activités criminogènes liées aux armes.

Recherche de célébrité éphémère et manque de valeurs conduisent à ces dérives !

L'enseignement aussi devrait faire son analyse. Aurions-nous oublié d'enseigner les devoirs qui accompagnent nos droits ? Aurions-nous oublié d'enseigner que de devenir adulte c'est devenir responsables de nos actes ? L'empathie est elle encore une valeur enseignée ? Il ne faut pas mettre en accusation l'enseignement, pas plus que les armes ou internet, mais il faut nous interroger sur cette dérive de certains jeunes isolés du monde réel et qui à travers la violence et une action spectaculaire cherchent autant à passer à la postérité qu'a se suicider avec panache, les morts de leur condisciple n'apparaissent alors que comme un moyen de faire parler de leur mal être. Chacun estime avoir droit à son quart d'heure de célébrité disait Warholl, oui, et ces jeunes qui massacrent leurs condisciples dans des écoles ont l'air de ne rechercher que cela. Un éclair aveuglant avant de retourner à l'obscurité. De Cho Seug-Hui 23 ans tueur de Virginia Tech à Matti Jujani Saari 22 ans massacreur de Kauhajoki il y a de troublante similitude un peu comme si ceux-là étaient fascinés par la publicité et l'aura entourant les tueurs de Colombine.

Et nous, les amateurs d'armes, que pouvons-nous faire ?

Pas grand-chose malheureusement, ce genre d'événement donne évidemment un semblant de légitimité à la pensée simpliste des prohibitionnistes, un peu comme les récents déboires boursiers font les beaux jours de l'extrême gauche. Le lobby antiarme pouvant de plus contrairement à nous compter sur leurs nombreux amis dans la presse généraliste pour asséner leurs idées . Mais cela doit nous rappeler qu'une partie de notre passion doit nous conduire à faire oeuvre d'enseignement envers nos proches, nos amis, nos connaissances. Si nous étions une religion, je dirais qu'il nous faut faire du prosélytisme. La sécurité doit être une notion prépondérante, la sécurité de stockage, de transport et d'usage surtout si des enfants ou des adolescents sont présents dans des locaux ou il ya des armes.

Jeunes désoeuvrés et fascination de la mort forme un coktail potentiellement explosif!

Ce n'est un secret pour personne. L'adolescence est un moment ou l'humain prend conscience de sa mort inéluctable et une période fragile ou pour de nombreux adolescents cette mort apparait comme plus séduisante, plus valorisante que toute autre perspective d'avenir. Et la presse généraliste véhiculant une image qui associe systématiquement arme et mort violente, il n'est pas extraordinaire que des adolescents fascinés par ce coté obscure de la chose n'en vient à rechercher ce moyen technique comme substitut à leur mal vivre temporaire, mais que ces jeunes déboussolés perçoivent comme sans issue.

 

 

Il ne faut pas être choqué de l'utilisation de ce fait, il faut être préparé à contre argumenter!


Dans les jours à venir, les semaines et plus tard. Nul doute que ces massacres dans les écoles seront exploités par nos opposants. Il ne faut pas en être choqué, ni se sentir coupable de la chose. Il faut juste être préparé à contre argumenter face aux simplismes qui seront avancés par gun control et ces nombreuses annexes nationales.


Eric Blondieau, administrateur. pour la DAAA-AVWL

 

 

 

Écrire un commentaire