Adressé au magasine « LeVif l'Express »
À propos de l'article de Thierry Denoel "les cartouches de T. Kretschmer " 20 mars 2009.

Qui allait oser exploiter ce massacre, c'est Thierry Denoel qui s'y colle !


Après l'annonce de l'horrifiant massacre de Winnenden et le sentiment de dégoût qu'il suscite, je me suis demandé qui allait oser exploiter ce massacre. C'est Thierry Denoel qui s'y colle! Télécommandé par les lobbyistes du GRIP. Une trop belle occasion de désinformer. Il y avait matière à ce poser de plus solides questions sur ce phénomène des tueurs de masse qui se développe partout dans le monde que de l'exploiter pour en faire un réquisitoire anti-arme hors sujet.

Haaa, le modèle canadien !

J'y apprends qu'il est important de règlementer le stockage des armes et des munitions. Ha bon ? De mémoire, il y a une bonne dizaine d'articles de loi qui règlementent déjà cela. Navré de décevoir votre "journaliste " , mais en Belgique les armes doivent être stockées sous clef et les munitions séparément... S'inspirer du modèle canadien ? Celui qui ne fonctionne pas et qui a coûté des centaines de millions de dollars canadiens en fichage et tracasseries inutiles. Celui qui ne fait fantasmer que les prohibitionnistes en fait. Pour quoi faire ? Si ce n'est bien sûr pour emmerder les amateurs d'armes, ce qui est un objectif essentiel aux yeux des lobbyistes du GRIP qui sent nettement combien il est plus confortable de sous-entendre que d'honnêtes gens sont des criminels parce qu'ils détiennent des armes que de dénoncer les criminels véritables. Ils usent et abusent de leur nombreux relais dans la presse et ne ratent pas une occasion pour le faire savoir, cette même presse qui ne publie que trop rarement les réponses faites à ces propagandes lassantes. En fait, le modèle canadien qui fait rêver votre « journaliste » c'est ce qui se fait déjà en Belgique. On croît rêver, ce monsieur écrit depuis tellement longtemps pour dénigrer le droit à la détention et à l'usage légal d'une arme, au moins pourrait-il faire l'effort de s'informer sur le sujet auprès de personnes plus compétentes que le GRIP. Les personnes compétentes ne manquent pas.

 

Ce type de journalisme est-il isolé ?

 

À chaque fois que je lis un article de ce "journaliste ", je ne peux m'empêcher de me demander si les autres articles de la revue sont aussi approximatifs que les siens. C'est déjà inquiétant de se dire qu'un lecteur non informé va croire ces mensonges, ces approximations, mais diablement plus inquiétant d'imaginer que peut être sûr des sujets où je suis moins au fait, je me fais gruger de la même manière. On peut attendre ce genre de dérive dans le cadre d'un éditorial où le jeu est clairement le parti pris, j'avoue que dans un article classique, ça appelle des questions déontologiques.

On peut acheter des 9 paras librement en France selon l'article!

Pour revenir au sujet. Il faut donc réglementer les munitions.... Une fois de plus étonnement ? Les munitions en Belgique sont-elles en vente libre ? Bien sûr que non, il faut prouver son identité et disposer d'une autorisation légale pour acquérir des munitions. Les transactions sont inscrites dans un livre, comme les armes. Il est donc facile de savoir qui achète des munitions et en cas de contrôle, l'armurier qui aurait une différence entre les munitions achetées et celles vendues ou encore en stock, aurait de gros problèmes. La traçabilité existe donc bien, et ce, sans entrer dans un surfichage qui serait inopérant vu le volume des informations stockées et coûteuses en terme de gestion. Ficher c'est bien, exploiter à bon escient l'information c'est mieux. 
Un autre truc qui me fait rigoler, il faut contrôler l'utilisation des munitions ??? Mais quelle utilisation peut-il exister pour des munitions achetées légalement si ce n'est le tir ou la chasse ! Le sous-entendu c'est que des gens achèteraient des munitions pour faire autre chose que de les utiliser pour leur activité légale ? Il ne peut s'agir que d'activité criminelle et donc une fois de plus sans apporter l'amorce d'une preuve votre journaliste crée un amalgame entre les tireurs légaux et le monde criminel.

La détention sans munition serait un problème !

On continue. Eh oui, des associations on revendiqué que des citoyens non criminels puissent conserver des biens légalement acquis en prévoyant la détention sans munition, on sait que cela est resté en travers de la gorge des prohibitionnistes, mais ou est le lien avec l'Allemagne ? Il n'y en a pas, l'objectif: cracher dans la soupe pour dire qu'elle n'est pas bonne. Il y avait une alternative à ce texte, l'indemnisation à la valeur d'achat.... mais non, l'objectif du GRIP et de ses amis c'est non seulement de spolier le citoyen de ces droits, mais en plus de lui faire payer la facture. 

Vente de munition sur internet !

La désinformation continue.... Il serait facile de se procurer des munitions de manières légales ou non ??? De manière illégale, pour ceux qui fréquentent les milieux criminels probablement et légalement ben, oui, via un armurier pour qui dispose de l'autorisation ad hoc..... Les 9 parabellum ou 9x19, la munition utilisée lors du massacre en Allemagne serait en vente libre en France!..... Nooon, ben ça va faire plaisir à mes amis français d'apprendre qu'en fait leurs quotas d'acquisition et les tracasseries diverses ne sont qu'un phantasme. Quant à la Suisse, je ne connais pas bien la législation suisse, mais à mon avis, si l'acheteur n'est pas Suisse c'est Tintin. Acheter des munitions sur internet ? Mais où ? Sur des sites US probablement ! Problème: n'importe qui sait qu'aujourd'hui les sites américains refusent d'envoyer du matériel en Europe, pour les munitions ce fut toujours le cas, il suffisait de lire les restrictions d'envoi, le transport de munition étant exclusivement fait par route, même avec des connaissances vagues en géographie on peut affirmer qu'ils ne livrent pas en Europe. Et aujourd'hui, des optiques, des montages d'optique ou des gardes mains ne sont plus distribués en Europe suite à la réglementation ITAR notamment..... Faut-il être naïf pour s'imaginer qu'il suffit de deux clicks pour se faire livrer des munitions chez soi.... Non en fait pas naïf et c'est là le fond du problème. Si votre journaliste n'était que naïf vu les nombreuses remarques déjà adressées, il se renseignerait d'avantage, mais bon foin de morale ou de fausse naïveté de ma part, nous savons qui pipe les dés.

La bourse de Ciney centre de vente de munition !


On continue la lecture, un petit coup sur les bourses, on cite Ciney, ça fait mec informé aux yeux du public non averti, ça désespère les autres. Biens sûr qu'il y a des munitions à Ciney. Des munitions de collection! Y en a-t-il d'autres ??? Oui malheureusement, parfois exceptionnellement et paradoxalement c'est un des effets pervers de la tendance prohibitionniste. Loin de diminuer ou d'éradiquer les comportements criminogènes, il favorise et banalise le marché noir. 
Une attaque contre le rechargement. Tiens, c'est nouveau, c'est sûr, j'imagine bien le criminel de base fabriquer sa munition avant le braquage du matin et le massmurder type Tim Kretschmer couler ces projectiles avant de passer à l'action.... franchement, pourquoi alligner le rechargement? Réponse déjà donnée ici plus haut, ça va emmerder les honnêtes gens dont c'est la passion et ça ne peut que pousser à la hausse le coût de la pratique du tir, si cette manière de faire est prohibée. 

Détenteur légal = criminel en puissance !

Au final, accusation suprême: il serait facile de recevoir des munitions d'un détenteur légale qui servirait d'intermédiaire, d'homme de paille, sous-entendu: les gens qui détiennent des armes, même légalement, sont fondamentalement des criminels en puissance..... c'est beau la tolérance, l'amour du prochain et la culture du politiquement correct. 

Marquer les munitions !


Quant au bouquet final sur le marquage des munitions.... à priori, je n'y suis pas opposé, je n'ai rien à cacher, mais implémenter cela va coûter de l'argent, ça va donc enchérir les munitions et faire du tir et de la chasse des pratiques encore moins populaire qu'aujourd'hui. Il n'y a pas de volonté politique de s'opposer au marquage des munitions mais il y a la conscience que cela n'apporte rien que de la paperasserie et des tracasseries et cet article pour le GRIP c'est une manière de faire parler de lui. Je rêve de lire à nouveau un article de qualité sur le sujet. Vous aviez osé le faire voici des années, bien avant que monsieur Denoel ne monopolise le sujet et ne prenne ses informations à une source unique et particulièrement désinformative, comme je n’ai que peu d'espoir de voir ce courrier publié, vu que les précédents ne le furent pas de manière systématique. Je le place sur le site de la DAAA. Vous savez, ce modeste contrepouvoir à la dictature du GRIP.

Eric Blondieau, administrateur. pour la DAAA-AVWL

 

 

10 commentaires

journaliste c'est un mot savant pour menteur
Invité / vendredi 20 mars 2009 @ 13:41 #1
Excellente argumentation de Monsieur Blondieau dans sa réponse à l'article du triste sire prénommé Denoel, mais sans vouloir donner de leçon (je ne serais peut-être pas capable d'argumenter de si belle façon), je crois qu'il aurait fallu corriger quelques maladresses orthographiques avant d'envoyer l'article au Vif, car il pourrait s'en servir alors que, comme vous, j'accorderais plus d'importance au fond. Si je peux vous aider dans ce domaine, je serais honoré de contribuer à votre lutte pour la défense de notre cause.
En espérant, de tout coeur, malgré cela, qu'ils auront le courage de publier la réponse.
Bien à vous
Delferrière Jean-Marie
Invité / samedi 21 mars 2009 @ 13:42 #2
Vous devriez exiger un droit de réponse pour éviter cette désinformation !!
Invité / samedi 21 mars 2009 @ 13:44 #3
Actuellement, dans la diffusion de l'information, cette information est de moins en moins évalué sur sa forme. Les fautes d'orthographe sont devenues nettement moins importantes que le fond superficiel du message, surtout que les articles sont lus "en diagonale", sans chercher le fin fond des mots utilisés.(d'ailleurs, les journaux et les magasines, et même les textes officiels parus dans le Moniteur Belge, pulullent de fautes d'orthographe)

Ce qui est important, actuellement, c'est la rapidité de la réaction.

Réagir avant que l'information ne soit "refroidie".

Des associations manipulatrices comme le GRIP, le savent bien. C'est pourquoi, de temps en temps, ils diffusent leurs mensonges empoisonnés sous forme de "one shot" via des "journalistes" complices.

C'est pourquoi, la DAAA a toujours préférée réagir rapidement, même avec quelques fautes d'orthographe, mais de manière à ce que la population aie une réponse directe à des propos mensongers.

Quand au droit de réponse auprès du VIF/l'XPRESS: la rédaction de ce torchon (il n'y a pas d'autre mot plus précis pour ce genre de publication, à part la presse de ragots) déclare qu'il n'est pas prouvé que les intérêts des détenteurs légaux d'armes seraient lésés par ces articles mensongers et qu'un droit de réponse n'est donc pas accordé (il faudrait donc passer devant un tribunal pour obliger la diffusion d'un droit de réponse...). La rédaction déclare donc très clairement qu'elle marque son accord sur la manière de fonctionnement du journalisme actuel, où la vérité n'a plus aucune importance et que la presse s'accorde le droit de diffuser des mensonges (prouvés) au détriment de personnes honorables.

Cette prise de position met évidemment en doute la qualité des autres articles dans cet hebdomadaire. Car qui dit que les info's sur d'autres sujets ne seraient pas manipulés de la même manière?

Qui dit que leurs articles sur les drames humains en Afrique ou les magouilles financières dans les banques ne sont pas des manipulations subtiles de parties de vérité et de mensonges (comme dans l'article de Thierry Denoel) afin de manipuler l'opinion publique, ou mieux encore, afin de détourner l'attention de la population de certaines magouilles qui doivent rester étouffées...?

A partir du moment où la rédaction refuse de chercher la vérité et de la publier, elle se profile comme une presse propagandiste d'un système pourri, mettant le système démocratique d'une société en danger...

Daniel Beets
Daniel / dimanche 22 mars 2009 @ 13:45 #4
Ce journaliste fait une fixation sur les armes .
De toute manière , j'ai resillié mon abonnement
au Vif depuis un un an , en partie à cause de cet individu .
Bravo pour votre communiqué .
Daniel
Invité / dimanche 22 mars 2009 @ 13:46 #5
Ci-dessous la lettre que nous avons envoyée à tous les partis politiques wallons suite à cet article inspiré par les mensonges du GRIP:

DEFENSE ACTIVE DES AMATEURS D'ARMES asbl

21 mars 2009

Mesdames, Messieurs ,

L’hebdomadaire LE VIF l’EXPRESS a publié ce 20/03/2009 un nouvel article de Thierry Denoel (« Les cartouches de Tim Kretchmer ») sur les armes et les munitions légalement détenues en Belgique.

Une fois de plus ce journaliste ne semble pas se préoccuper de la vérification des renseignements reçus et se fait simple porte-parole de cette association GRIP, cette ONG, financée par l’état fédéral et régional, n’étant représentante que d’elle-même et d’une poignée de militants et dont les mensonges ont été démontrés à plusieurs reprises.

Une fois de plus des demi-vérités et des vrais mensonges sont proférés et utilisés afin d’essayer de semer l’inquiétude auprès de la population, récupérant ainsi, sans scrupules, un drame dont les causes profondes devraient être recherchées au lieu d’accuser la présence d’un objet. Une inquiétude injustifiée du fait que la législation sur les armes a été modifiée sévèrement dans notre pays et répond déjà aux exigences prononcées dans l’article.

Quelques exemples de mensonges et de demi-vérités dans l’article :
- Les munitions affichées dans l’article sont prohibées et leur possession par des particuliers est donc illégale et punissable. Ce type de munitions n’a d’ailleurs même pas été utilisé par l’assassin car il s’agit d’ici de munitions de revolvers alors que l’assassin a utilisé un pistolet.
- Pour se procurer des munitions, il faut montrer une autorisation de détention valable pour ces munitions. Tout achat et toute vente illégale est punissable de peines aussi lourdes que pour vol à main armée.
- L’acquisition d’armes et de munitions par correspondance est strictement interdite par la loi. Toute livraison interceptée mène à des poursuites judiciaires.
- Si les munitions sont aussi faciles à trouver sur le marché illégal, il doit alors être tout aussi facile de trouver des armes sur ce marché. C’est donc uniquement ce marché illégal-là qu’il faut poursuivre et non les détenteurs légaux.
- Kim De Gelder n’avait PAS accès à des armes à feu. Toute supposition est donc purement fantaisiste et inutile. Cela ne l’a pas empêché de commettre ses crimes. Un fou suivant utilisera peut-être une hache et le nombre de tués sera probablement plus élevé (si l’on veut continuer à faire ce comptage macabre de victimes…..)
- La bourse de militaria de Ciney est toujours sous contrôle des services de police. Ce n’est donc pas un marché où l’on peut se procurer « tout » illégalement. Si exceptionnellement des individus criminels veulent utiliser cette occasion pour faire du commerce illégal, ils doivent être arrêtés et sanctionnés sévèrement. C’est le rôle de la police de les arrêter et le rôle des magistrats e les sanctionner.
- La détention de douilles et de projectiles tombe sous la législation comme les munitions complètes et ne peuvent donc pas être détenues librement. La détention illégale est passible de sanctions.

Ces amalgames injustifiés, malhonnêtes et volontaires entre le marché légal et illégal sont proférés de manière à pouvoir accuser, à tort, les détenteurs légaux d’armes d’être la cause des problèmes d’insécurité dans la société, en général, et des tueries de masse en particulier.

Cependant, l’objet ne fait pas le criminel, ce qui est encore démontré aujourd’hui ( le 20 mars 2009) en Grande-Bretagne où un jeune de 16 ans a été arrêté juste avant de vouloir faire sauter une bombe incendiaire dans une école à Norfolk.

Ces criminels ont un motif et ce motif a une cause profonde. Il est temps maintenant de chercher les causes profondes de ce mal de vivre chez ces jeunes et d’arrêter ces massacres gratuits en augmentation dans le monde entier. Il faut arrêter de chercher les causes auprès des personnes honorables qui sont autant horrifiées par ces faits que quiconque.

Autre constatation aberrante: ni dans les articles du GRIP ni dans les articles de Thierry Denoel aucune mesure n’est exigée contre les vrais problèmes de sécurité : le marché illégal d’armes dans le milieu criminel, un fléau grandissant qui semble désintéresser complètement cette association qui se dit pourtant « militante » pour la paix et qui pourtant accepte sans problèmes l’augmentation de la criminalité armée, accusant la population honorable d’être la cause de ce fléau.

Une première réaction ludique et droit du cœur mais bien argumentée a été envoyée au VIF et est publié sur le site de la DAAA sur ce lien :
http://60gp.ovh.net/~daaaavwl/xoops2_megapack_french_206/html/modules/news/article.php?storyid=211

Nous espérons que le monde politique s’informe aux sources correctes avant d’encore intervenir.

Nous osons espérer également que le financement de ce GRIP soit réévalué sur des bases reprenant la diffusion d’information correcte et que tout constat de diffusion de fausses information soit sanctionné par la suppression de subventions.


DANIEL BEETS
PRESIDENT
GSM : 0498/54.54.55
E-MAIL : daniel_beets@telenet.be
CHEMIN D’OUDERGHEM 41
1970 WEZEMEBEEK-OPPEM
Daniel / lundi 23 mars 2009 @ 13:47 #6
Une fois de plus 100% d'accord avec Eric.
Pourquoi ne pas faire de la politique ?
Invité / mardi 24 mars 2009 @ 13:48 #7
Monsieur Denoël nous a répondu sur les textes que nous lui avions envoyé. Ci-dessous vous pouvez trouver sa réponse (qu'il a d'ailleurs envoyé à tous ceux qui lui ont écrit) ainsi que notre nouvelle réaction sur ses propos (TD = Thierry Denoël/ DB = Daniel Beets):

TD: Monsieur,
Merci pour le mail que vous avez envoyé suite à la publication de mon article “Les cartouches de Tim Kretschmer”. Visiblement, celui-ci ne vous a pas plu. J’en suis désolé. Sachez qu’il n’est pas du tout dans mon intention de criminaliser tous les détenteurs d’armes et de munitions. Ce n’était d’ailleurs pas le propos de mon article. Je pense néanmoins qu’il existe un débat, alimenté par le Grip en Belgique, concernant la nécessité de mieux réglementer la détention chez soi d’armes et de munitions. Cette réglementation peu contraignante, qui semble gêner les amoureux des armes à feu, a pour seul but de préserver des vies humaines. Par ailleurs, améliorer le marquage et donc la traçabilité des armes et des munitions permettrait de mieux cerner le marché noir et donc de mieux distinguer les détenteurs légaux des autres. Les policiers spécialisés dans la lutte contre les trafics d’armes sont eux-mêmes demandeurs de ce genre d’initiative. Je sais que je ne vous convaincrai pas. Chaque article que j’écris sur le sujet, même lorsque je donne la parole aux associations de défenses des armes, me vaut de nombreuses lettres. C’est le cas de mes confrères également. Je vous saurai gré néanmoins de croire en mes meilleures intentions.

Bien à vous.
Thierry Denoël

DB: Cher Monsieur Denoël,

Votre réaction sur notre communiqué nous surprend quelque peu car elle confirme que vous ne maîtrisez manifestement absolument pas la matière de la détention légale d’armes et que vous n’êtes pas conscient de la portée de vos articles, dans un hebdomadaire qui est (était) considéré comme sérieux et creuseur, sur la considération de cette part honorable de la population qui a comme seul « tort » de s’intéresser aux armes.

Ce ne sont pas des paroles en l’air et je vous explique pourquoi au fur et à mesure de votre réponse :

TD: Merci pour le mail que vous avez envoyé suite à la publication de mon article “Les cartouches de Tim Kretschmer”. Visiblement, celui-ci ne vous a pas plu.

DB: Il ne s’agit pas ici de plaire ou non. Dans notre réplique nous avons relevé plusieurs amalgames douteux et certains mensonges relevés dans votre article. Vous trouvez dans la réplique sur notre site encore d’autres mensonges apparus dans votre article. Ne pensez-vous pas qu’il est fort désagréable d’être suspecté, à tort et sans preuves, d’être complice à des manipulations illégales ?

TD: J’en suis désolé. Sachez qu’il n’est pas du tout dans mon intention de criminaliser tous les détenteurs d’armes et de munitions.

DB: Pourtant c’est ce qui en résulte par la généralisation de vos propos sur le sujet. Pourquoi ne pas nous avoir contactés pour vérifier les propos de ce GRIP et de nous demander notre avis à ce sujet ?

TD: Ce n’était d’ailleurs pas le propos de mon article.

DB: Nous ne voyons pourtant aucune autre raison de la publication de cet article. En effet, n’est-ce pas une règle déontologique que de vérifier ses sources, surtout quand les suspicions, émises par une association dont les mensonges ont été démontrés, sont aussi directes et graves.

TD: Je pense néanmoins qu’il existe un débat, alimenté par le Grip en Belgique, concernant la nécessité de mieux réglementer la détention chez soi d’armes et de munitions.

DB: Qu’il soit bien clair : le GRIP n’a jamais créé, ni voulu créer, de « débat ». Cette association est occupée, depuis sa création, à diffuser des propos calomnieux sur les détenteurs légaux d’armes, faisant toujours et encore l’amalgame entre les criminels, armés d’armes illégales et les détenteurs légaux d’armes. Pour arriver à leurs fins ils n’ont pas hésité à manipuler des données statistiques afin de créer une image effrayante de la détention légale d’armes où la criminalité et l’insécurité seraient en corrélation avec la détention légale d’armes. Une image qui est systématiquement réfutée par les faits et la réalité.

TD: Cette réglementation peu contraignante, qui semble gêner les amoureux des armes à feu, a pour seul but de préserver des vies humaines.

DB: La sécurité du stockage des armes et des munitions va de soi et la majeure partie des détenteurs légaux d’armes n’attendent pas la mise en place de lois pour prendre des mesures adéquates. D’autre part, les gouverneurs de province ont déjà la possibilité d’imposer des mesures de sécurité avant de délivrer des autorisations. Les conditions pour la remise de licences sportives vont également dans le même sens. Tout manquement à ces dispositions de sécurité est déjà sanctionnable. Refaire un article sur des mesures qui sont déjà d’application est de la pure désinformation. L’affirmation que le Conseil Consultatif sur les Armes c’est bel et bien réuni sur l’AR réglant le stockage et cet AR va bientôt sortir, comme prévu !

TD: Par ailleurs, améliorer le marquage et donc la traçabilité des armes et des munitions permettrait de mieux cerner le marché noir et donc de mieux distinguer les détenteurs légaux des autres.

DB: Vous ignorez visiblement que les armes sont déjà marquées et répertoriées par détenteur. Les munitions sont déjà marquées et sont déjà identifiables. On peut, bien sûr, continuer à marquer d’avantage à gros frais mais croire que cela pourrait mieux cerner le marché noir est de la pure rêverie.

TD: Les policiers spécialisés dans la lutte contre les trafics d’armes sont eux-mêmes demandeurs de ce genre d’initiative.

DB: Je peux vous dire que je connais pas mal de policiers sur le terrain et je n’en connais que deux qui pour des raisons inconnues et purement personnelles seraient demandeurs pour ce genre d’initiatives qui ne mènent à rien. Quand une agression armée a été commise ce n’est que dans quelques cas exceptionnels que les services de police vont à la recherche de l’origine de l’arme. Par manque de temps…..

TD: Je sais que je ne vous convaincrai pas.

DB: Il ne s’agit pas d’être convaincu par des mensonges mais de la recherche de la vérité sur la violence dans notre société et des causes profondes qui y mènent. Il est trop facile de pointer le doigt vers des personnes en les déclarants coupables sur base de fausses données.

TD: Chaque article que j’écris sur le sujet, même lorsque je donne la parole aux associations de défenses des armes, me vaut de nombreuses lettres. C’est le cas de mes confrères également.

DB: Jusqu’à présent nous n’avons pas encore eu le plaisir d’avoir eu la parole dans votre hebdomadaire ni d’avoir eu une conversation avec vous. La seule référence qui vous avez communiqué sur nous est que nous serions « agressifs » alors que nous ne tentons que, il est vrai, d’une manière assertive, de défendre nos droits et la vérité contre les attaques injustifiées du GRIP et de la presse complice. Les seules réactions que nous avons pu lire sont des petites phrases sélectionnées sans fond. Jamais aucune enquête sérieuse n’a été faite sur ce GRIP cette association subventionnée par l’état fédéral et régional et qui ne semble donner que des information rudimentaires et incorrectes, donnant ainsi l’impression de n’exister que pour ces subventions…..

TD: Je vous saurai gré néanmoins de croire en mes meilleures intentions.

DB: Nous voulons bien croire que vos intentions sont la sécurité publique. Mais là nos intentions sont identiques sans que les armes doivent servir à atteindre ce but. Cependant vos attaques et celles du GRIP sont dirigées vers des cibles erronées. Nous croirons en vos meilleures intentions, le jour où vous écrirez un article équilibré sur le sujet. Nous tenons toutes nos informations à votre disposition à cette fin. Ces informations sont officielles et sont totalement différentes de celles du GRIP.

Daniel Beets

Président de la DAAA asbl
Daniel / mardi 24 mars 2009 @ 13:49 #8
J'aurais aimé pouvoir lire le texte de monsieur Denoel.

Cet contre argumentaire me semble vide de sens sans pouvoir analyser le document de ce journalise.

Critique impossible vu la pauvre teneur de l'article de monsieur Blondieau.
Invité / mercredi 29 avril 2009 @ 13:49 #9
Vous pouvez demander l'article dans les archives du VIF/EXPRESS ou chez un copain.

Nous n'avons pas de copy-right pour le publier sur le site.

Daniel Beets
Daniel / vendredi 01 mai 2009 @ 13:50 #10

Fil RSS des commentaires de cet article

Les commentaires sont fermés.