Des policiers sont confrontés à des criminels de plus en plus violents...

 

Et ce serait la modification de la loi sur la détention d'arme qui en serait la cause ?


C'est l'assertion trouvée cette semaine dans le soir magazine. Alors oui nos policiers sont confrontés à une criminalité de plus en plus violente, mais ce n'est pas une raison pour laisser en remettre une couche sur l'idée qu'un monde sans armes légales serait la solution à la violence avec armes. Voilà pourquoi j'ai envoyé ce texte au soir magazine. Les chances qu'ils soient publiés sont faibles comme toujours, mais bon qui ne tente rien n'a rien.

 

Bien sûr que cette loi voulue par L. Onkelink à l'initiative du GRIP n'a en rien amélioré la sécurité publique !

Ce n'est pas sérieux. Bien sûr que cette loi voulue par L. Onkelink à l'initiative du GRIP n'a en rien amélioré la sécurité publique. Contrairement à ce que soutenaient les promoteurs du texte et à ce que faisaient mine de croire certains journalistes à l'époque, l'objectif de cette loi na jamais été la sécurité publique. L'objectif tient en un vieux phantasme populiste qui s'appelle contrôle de la population en jouant des sentiments de peur de celle-ci. Dans le même chapitre, vous trouverez aisément tous les textes liberticides soi-disant rendus obligatoires par la nécessaire protection des uns contre les autres et inversement (internet/pédophilie/terrorisme/ contrôle de la liberté de la presse aussi).

Bien sûr, des milliers de détenteurs légaux d'armes se sont retrouvés criminalisés par la modification de la loi!

Bien sûr, des milliers de détenteurs légaux d'armes se sont retrouvés criminalisés par la modification de la loi. Bien sur, des armes se sont perdues dans le grand désordre qu'a organisé cette ministre incompétente, mais ces conséquences prévisibles et d'autres comme ces milliers de policiers partout dans le pays qui passent leur temps depuis 4 ans à remplir des tonnes de paperasseries avec les amateurs d'armes pour re-légaliser ce qui l'était déjà plutôt qu'à chasser le criminel ne pèse pas grand-chose dans l'évolution de la criminalité. Les armes qui se retrouvent aux mains de ces criminels n'ont presque jamais connu d'existence légale dans notre pays. Certaines armes légales peuvent se retrouver sur le marché noir, à la suite d'un vol par exemple, mais cela reste un phénomène marginal. En fait, la plupart des armes qui se retrouvent sur le marché criminel sont importées ici de manière non déclarée pour cet usage par des organisations criminelles. L'idée même que des détenteurs légaux d'armes aussi contrôlés que des armes classées de guerre dans l'ancienne législation aient massivement profité de la modification pour faire disparaitre leur bien ou le revendre à des voyous est ridicule. D'autant plus ridicule que ces armes-là comme toutes les armes légales sont fichées au RCA et donc facilement traçables.

La loi Onkelink sur les armes est un échec !

La loi Onkelink sur les armes est un échec. Elle a couté des millions d'euros aux contribuables, elle n'a pas amélioré d'un seul point la sécurité publique, elle a désorganisé gravement les services armes des diverses provinces en les surchargeant d'un travail inutile,  elle a détourné les services de police compétents en matière d'arme de la criminalité pour les focaliser sur d'honnêtes citoyens qui n'avaient que le tort d'avoir une passion qui dérange les farfelus anti n'importe quoi qui peuple de trop nombreuses ONG et je vous donne même un scoop: toute modification législative visant à encore plus de prohibition au prétexte de plus de sécurité en ce domaine sera un échec tout aussi patent comme le démontre largement les pays qui s'y sont essayés.

Pour obtenir des résultats, il faut une loi qui fait la différence entre les usages légaux et la criminalité !


Pour obtenir des résultats en terme de contrôle des armes, il faut une législation saine respectueuse des droits des citoyens. Une législation qui s'attarde sur l'essentiel et pas un monstre administratif qui criminalise le citoyen pour l'oubli d'une signature ou d'un délai. Une loi enfin qui fait la différence entre les usages légaux et la criminalité et qui focalise les forces de police sur la criminalité plutôt que sur les usages légaux. Bref, prendre la question par le bon bout sans s'encombrer de préjugés ridicules.

 Voila le texte en espérant le voir publié. N'hésitez pas à le diffuser si vous jugez qu'il en vaut la peine.


Eric Blondieau, administrateur pour la DAAA-AVWL

 

 

1 commentaire

Ci-dessous un commentaire complémentaire que nous avons envoyé à la rédaction de ce magazine:



Défense Active des Amateurs d’Armes asbl

Actieve Verdediging der WapenLiefhebbers vzw
Wavre le 5 février 2010


A la rédaction du « LE SOIR MAGAZINE »



Messieurs,


Concerne : réaction à votre article : « Nos policiers menacés d’armes de guerre ! » paru dans LE SOIR MAGAZINE nr 4050

La triste réalité de la croissance de la violence armée des criminels contre la population a enfin atteint les média.
Malheureusement il a fallu attendre que les forces de l’ordre soient d’abord attaquées. Ce qui veut dire que maintenant l’autorité a cessé d’être respectée et crainte par des criminels de plus en plus audacieux, entreprenants et violents. Suite logique d’ailleurs à l’inertie du monde politique et judiciaire, depuis des dizaines d’années, face à des faits de violence intolérables dans une société démocratique.

Chose excessivement curieuse : la loi sur les armes y serait pour beaucoup…… ! Quand-même suivant l’article.

Alors que dans un reportage transmis à la RTBf en 1997 un officier de la police judiciaire de Liège déclarait déjà devant les cameras que « le trafic illégal d’armes était connu et répertorié, les trafiquants connus mais pas poursuivis, puisque maintenant on connaissait les intervenants et on pouvait les tenir à l’œil…… ». Ce qui voulait donc dire qu’à cette époque-là on connaissait déjà le trafic illégal d’armes vers le milieu criminel mais qu’on n’intervenait pas car si les trafiquants étaient arrêtés, il en viendrait d’autres qui seraient inconnus……….
Donc, depuis toutes ces années, au lieu d’intervenir, le marché illégal d’armes vers le milieu criminel était toléré par les autorités !

Ce qui veut donc dire que la nouvelle loi sur les armes n’a eu aucun impact sur ce marché illégal toléré.

Et maintenant ce seraient les honnêtes gens, soi-disant essayant de retrouver leur argent, investi dans l’acquisition d’armes légales, qui approvisionneraient le marché criminel !?

Apparemment, les « policiers de terrain » que la journaliste Emmanuelle Praet a rencontré, et qui lui ont déclaré ce renseignement gratuit n’ont un terrain de travail qui ne va pas plus loin que le comptoir du café du coin !

A la vue du type d’armes qui sont chaque fois utilisées dans des braquages et des violences armées excessives, ce ne sont que des armes de guerre rencontrées dans des pays à conflits, des pistolets et des fusils de fabrication dans les pays de l’est et la Chine.
Ce n’est pas le type d’armes légales qui était dans les mains des honnêtes gens, qui, eux, n’avaient principalement que des carabines en .22LR et des fusils de chasse. Armes qui ne sont jamais rencontrées dans des braquages.

La rédactrice de l’article ne semble avoir cherché que très superficiellement des éléments pour la rédaction de son article alors que des études sérieuses sur le trafic d’armes ont été faites de manière scientifique, notamment aux Pays-Bas, pays comparable au nôtre, par madame Monique Bruinsma (Université de Tilburg), qui explique très clairement, à la demande des autorités néerlandaises, de quelles manières les armes passent la frontière de nos pays, provenant principalement des pays de l’est ainsi que l’influence négligeable de la détention d’armes par les honnêtes gens.
Elle y explique également que la majorité d’armes légales se retrouvant dans le circuit illégal provient de vols dans les commissariats de police, trop peu protégés par manque de mise à disposition de moyens par les gouvernements.

Nous déplorons donc profondément que la notoriété de la population honorable, et plus particulièrement les détenteurs légaux d’armes, soit à chaque occasion injustement et inutilement bafouée par manque de courage d’appeler les vrais problèmes par leur nom et de déterminer les vrais responsables des problèmes actuellement pourris jusqu’à la moelle.

La loi sur les armes telle qu’elle a été mise en application n’a en rien changé quoi que se soit à la criminalité armée, qui ne cessera pas de croître si les autorités continuent à pourchasser inutilement les détenteurs légaux d’armes et de gaspiller ainsi une énergie de centaines de policiers, qui devrait être utilisée pour arrêter les trafics réels d’armes de guerre illégales en constante croissance.

Toujours à votre disposition si vous chercher à vous documenter véritablement sur la problématique des armes.

DANIEL BEETS
PRESIDENT
Daniel / vendredi 05 février 2010 @ 17:26 #1

Fil RSS des commentaires de cet article

Les commentaires sont fermés.