Ce mois de mars est décidément pourri. C'est vrai pour la météo, mais aussi pour nous les amateurs d'armes.

Les nuages s'accumulent et pourtant aucun d'entre nous n'est concerné. J'avais commencé la rédaction de cet article vers le 15 mars et de jour en jour il m'a fallu l'étoffer. Ce ne sont pas nos armes qui font les gros titres de la presse. Néanmoins une fois de plus les démagogues liberticides de certaines ONG activent leur relais de presse qu'ils ont nombreux pour exploiter des drames et profiter de ce que parfois sous le coup de l'émotion la raison s'estompe.

Une cache d'armes de guerre mises au jour à Bruxelles !


C'est un des titres. En fait, d'armes, avec S, il n'y en a qu'une offerte en pâture à la presse, le MP5 K étant un airsoft. On est vraiment loin de la super prise que le titre laisse entrevoir. Une tentative de manipulation. On pourrait sourire au passage que la notion d'arme « de guerre » a été gommée de la législation et qu'il faudrait pour être précis employer le terme d'arme détenue illégalement pour se conformer à la nouvelle loi belge. On perçoit bien ici que la volonté est d'impressionner le quidam mal informé par une terminologie laissant entendre que ces armes-là seraient exclusivement utilisables pour faire la guerre. Au passage, pas de commentaire sur cette évidence que les associations de défense des droits des amateurs d'armes assènent sans relâche depuis des années. Oui, il existe un trafic d'armes, oui ce trafic est indépendant du commerce légal et oui ce trafic est florissant et en progression. Eh oui malheureusement à force de concentrer une part importante des policiers à emmerder le détenteur légal d'armes pour avoir dépassé un délai ou oublié de fournir le 17em exemplaire indispensable de son extrait de casier, on en arrive à ne plus avoir les ressources nécessaires à chasser le criminel, le vrai celui qui n'a cure des subtilités de la loi.

Une dame meurt abattue dans sa voiture !

Accessoirement ais je presque envie de dire un commerçant et son épouse ont été tabassé pour faciliter le vol. La dame a été tuée avec l'arme subtilisée au bijoutier, car lui le détenteur légal a eu le souci d'épargner la vie d'autres humain et voila les humanistes de pacotille qui s'indignent que sans arme il n'y aurait pas eu de crime, tout en excusant presque ces deux sympathiques garçons sans problème qui ont commis cette agression. Allons, il faut raison garder et l'église ou la mosquée à sa place conserver. Deux personnes ont posé des actes criminels, ces personnes portent la responsabilité des événements. Qu'ils assument leurs actes, ils n'avaient pas d'histoire à dit le père de l'un d'eux, à présent ils en ont une et elle sera lourde à porter, s'ils ont un minimum d'humanité. La justice doit à présent faire son travail et une juste peine devra sanctionner des actes inacceptables. Tout le mal que je souhaite à ces deux jeunes hommes c'est de trouver en eux les ressources pour comprendre le mal qu'ils ont fait à cette mère de famille et à ces proches, à toutes les victimes de leur folie, à leur famille aussi. Comprendre, apurer la dette sociale qui sera émise par le tribunal et ensuite seulement, mettre un point d'honneur à mener le reste de leur vie de manière exemplaire pour démontrer qu'aussi horrible fut leur faute ce ne fut qu'un incident de parcours.

 

 

Les amateurs d'armes ne demandent rien d'autre, une loi qui présente la facture aux criminels !

Les amateurs d'armes ne demandent rien d'autre, une loi qui présente la facture aux criminels, à ceux qui commettent des crimes. La plupart des amateurs d'armes sont conscients qu'une arme est un objet particulier qui doit être encadré par des Règle particulières. Les législations de ces dernières années ont échoué et c'est en particulier parce que des gens, trop de gens sous le couvert de simplisme éculé et de sentimentalisme à deux balles ou sous le coup de l'émotion ont promulgués ou revendiqué des textes sensationnalistes, mais vides de bon sens. Oui il se trouvera des gens pour culpabiliser le Bijoutier de s'être laissé prendre son arme, oui il se trouvera des gens pour conspuer les policiers de ne pas avoir abattus ces criminels. Ho oui il s'en trouvera, les mêmes ceux-là mêmes qui auraient crié à mort si d'aventure, dans la bijouterie, le bijoutier avait fait usage d'une vraie arme face à deux jeunes sans problème équipé d'un airsoft. Ceux-là, encore qui crie à la bavure dès qu'un policier fait usage de son arme.

 

 

L'émotion en ce domaine est décidément mauvaise conseillère !

Et les partis politiques, je cible le mouvement Ecolo et le CDH en particulier sur cette affaire à cause de leurs déclarations ou leurs sous-entendus portent clairement atteinte à nos droits et nos libertés sans apporter la moindre ébauche de solution à la problématique soulevée, ça, c'est du populisme. Les ONG type GRIP aussi qui par opportunisme émotionnel laissent entendre qu'il y aurait des solutions simples passant par la prohibition et la complication des droits pour des citoyens sans histoire. C'est une sotte évidence, pour combattre la criminalité il faut combattre les criminels, les causes sociales qui rendent acceptable la criminalisation et appliquer des peines justes aux yeux des victimes. Il faut aussi dire courageusement à la population et aux familles des victimes que malheureusement le risque zéro est une utopie. Une dangereuse utopie, de ces utopies qui fondent les totalitarismes les plus meurtriers.

 

 

Comme toujours seraient contrôlés les honnêtes gens !

Elle n'est pas anodine cette phrase, ce sont les mots mêmes de Monsieur Deschamps le mari de cette dame abattue en pleine rue (extrait tiré du soirmag 310310). Des paroles de bon sens comme beaucoup de citoyens en ont. Comment se fait-il qu'un tel fossé existe entre cette perception saine d'une réalité par l'honnête homme, le citoyen lambda et l'extrémisme revendicatif de quelques ONG qui sont soutenues inconditionnellement par quelques médias et une part de nos politiciens ? Faut-il que ces gens qui décident ou qui induisent les décisions vivent déconnectés du peuple pour s'obstiner dans une logique qui conduit visiblement à une impasse ? La loi Onkelinx oblige la police à concentrer trop de moyens sur les honnêtes gens se faisant elle laisse des boulevards aux criminels pour s'installer et nuire à la population. C'est la démonstration que des lois inapplicables, lourdes et vexatoires sont le meilleur moyen pour créer ou renforcer le sentiment d'insécurité chez les citoyens et d'impunité chez les voyous.

 

 

Cavale sanglante !

Et enfin, cette affaire en Flandre à ....... Un homme abat son fils, se rend chez son ex-compagne pour la tuer. Des policiers interviennent l'un d'entre eux y laissera la vie. Le tireur perdra aussi la vie dans cette macabre affaire. Trois morts et la presse se déchainent, l'homme était un « amateur d'arme, membre d'un club de tir.... » Répété sur tous les tons sur toutes les chaines comme ci ce fait était une amorce d'explication à ce qui c'est passé. Voici quelques semaines j'avais déjà pu lire ce genre de raccourcis grotesque à propos d'un pédophile «  et pourtant c'était un musicien apprécié... ». Pas plus que la qualité de musicien ne préserve d'un comportement pédophile, la qualité d'amateur d'arme ou de tireur n'est en rien le signal d'une prédisposition au crime, le but de ces phrases ce n'est n'y plus ni moins que de stigmatiser une communauté, la nôtre. A l'heure ou sort un film comme la rafle, il est bon de se rappeler qu'une certaine presse à en ces temps là aussi joué un rôle certain dans la banalisation, le sentiment d'une légitimité de la violence faite à une communauté. Loin de moi l'idée de cherche un parallèle inexistant au niveau de la souffrance ou du drame vécu, non, juste constater que les méthodes d'hier sont toujours utilisées pour orienter la perception du réelle de la population.

 

 

Problème d'application d'une décision de justice !

Oui, cet homme a détenu légalement des armes avant 1996 et on peut le qualifier d'amateur d'arme. Amateur d'armes n'est en rien une définition injurieuse et jouer sur les mots, revoir les définitions n'est pas la solution. Sportif, chasseur, collectionneur, amateur, tous nous sommes de la même famille. Dans toute famille à fortiori si elle est grande, il se trouve des gens plus ou moins fréquentables et même parfois des gens qui deviennent des criminels. Cet homme était aussi une personne condamnée pour des faits de violence en 1996 et dans la décision de justice de l'époque il y avait une obligation qu'ils vendent ces armes et de facto une interdiction d'en racheter d'autres puisqu'il n'aurait pas obtenu les documents. Donc en toute honnêteté, la presse aurait du signaler que tout amateur d'arme que soit le monsieur, tout ex-détenteur d'armes qu'il ait été, ici et au moment des faits c'était un criminel puisqu'il a fait usage d'armes qu'il n'était pas autorisé à avoir. Un travail que devra faire la justice c'est de savoir comment ce monsieur a acquis ces armes ou à pu les conserver, ça ne changera rien au sort des malheureuses victimes, mais dans la mesure ou nous tous les amateurs d'armes mesurons chaque jour le fichage et les contrôles tatillons qui nous accablent ce serait salutaire de comprendre pourquoi un condamné aurait-il été traité différemment ?

 

 

Hold-up à Liège !

Des ados attaquent une galerie commerciale en pleine journée. Panique sur Liège. Même si ici aussi une fois l'affaire analysée on constate qu'il y avait une marge entre les premières analyses comme celle affirmant la facilité de se procurer une arme vu qu'ici les armes étaient des similis armes assimilées à des jouets et donc en vente non réglementée. Oui, il est plus facile de se procurer illégalement une AK47 que légalement, c'est une réalité que me confirme bon nombre de policier de terrain, mais il faut être un minimum du milieu pour se faire. N'importe qui ne peut avoir accès à n'importe quoi, car les vendeurs illégaux se méfient de ceux qu'ils ne connaissent pas. 

 

 

Problématique Airsoft !

Quant à la problématique Airsoft, je prédisais voici 1 an à un ami adepte de la chose que cela allait dégénérer, que dès que ce serait assez visible la même presse et les mêmes ONG qui s'attaquent à nous les tireurs partiraient en croisade contre l'airsoft. Que nous aurions à combattre les mêmes démagogues pour les mêmes raisons ! On y est le signal de départ n'est pas encore donné, mais je parie qu'avant 2012 une loi réglementera l'airsoft aussi. Ceci n'est pas pour me réjouir, même si par la force des choses cela ne peut que fédérer plus de monde autour de la défense des libertés individuelles. Ici aussi une évidence, culpabiliser les airsofteurs et entreprendre une chasse parmi leur membre ne va en rien résoudre la problématique de violence. Ce ne seront que des gesticulations faciles et irréfléchies.

 

 

La loi n'est pas en cause !

Plusieurs personnes surtout au sein du parti écologiste se sont lâchées sur l'opportunité de réviser encore la loi des armes. C'est une posture opportuniste, populiste, mais irréfléchie, car de toute évidence ce n'est pas la loi qui pose problème dans ces affaires. Le problème n'est même pas un particularisme lié à l'aspect technique de la détention d'arme. Il est plus général dans notre beau royaume, sa dysfonctionne comme on dit chez nous. Changer les Règle ou même l'interprétation de ces Règle parce que des joueurs appliquent mal ou pas les précédentes ne résout rien.

 

 

Nos propositions !

Car si la critique est aisée, l'art est difficile, le constat fait et dénoncé ne doit pas être une finalité.

La loi : elle est imparfaite, elle place les verrous à de mauvais endroits, mais la changer sous le coup de l'émotion ne ferait qu'aggraver les choses. La loi est ce qu'elle est parce que ceux qui l'ont réformée l'ont fait avec des objectifs autres que la sécurité et le droit des gens.

La police : Il devrait y avoir un glissement, moins de policier devrait être affecté au contrôle administratif des amateurs d'armes et pour se faire il faudrait alléger les dossiers. Les agents ainsi dégagés pourraient mettre à profit leur expertise pour traiter les trafics d'armes locaux. Le nombre d'armes illégales n'ayant jamais été immatriculées a explosé en Belgique.

La justice:Des peines plus lourdes doivent sanctionner les atteintes à la vie, il doit y avoir un prix à payer qui apparaît comme trop chère même si le procès peut pondérer ce prix. La population peut entendre que tuer c'est perpétuité, mais que pour X ou Y raison la peine ne sera que de 20 ans. Cette même population ne comprend pas l'automaticité de fait qui réduit une perpétuité à 10 ans maximum. Elle ne comprend pas plus que des gens déjà condamnés, déjà connus pour des faits similaires repassent les plats quelques années plus tard. Oui, il faut réinsérer, mais non pas au détriment de la sécurité publique, pas après si peu d'années que les victimes jugent la chose indécente.

L'application : car dans le troisième cas on sent bien que là il y a comme un problème. S’il est démontré que l'homme a utilisé des armes qu'il détenait antérieurement à sa première condamnation de 1996 ou s’il a pu acquérir légalement ces armes postérieurement à sa condamnation. Il y a faute. Dans le RCA nous sommes tous fichés et nos armes aussi, de mon point de vue de citoyen, lorsqu'une personne est condamnée pour des faits avec arme (c’était le cas en 1996) on doit vérifier auprès du RCA et prendre les mesures décidées, ensuite lors d'une demande d'autorisation l'enquête doit révéler la condamnation antérieure et une décision motivée de rejet de la demande doit être signifiée

 

 

Ne pas hurler avec les loups !

Cette sanglante série met en exergue comment et à quelle vitesse certains de nos politiciens peuvent se tromper de cible. Oui les faits sont dramatiques, oui l'émotion est grande, oui la population a peur. Mais, les réponses ne sont pas simples, il n'y a pas qu'a pondre une nouvelle loi ou à crier avec la meute. Il faut regarder la statistique. Les premières réponses nous impactant, comme ce stupide décret de prohibition des crosses pour armes de poing qui précipite une fois de plus dans l'illégalité des milliers de gens ou comme ce texte instituant un particularisme pour les amateurs d'armes en terme de mise sur écoute téléphonique même si elles étaient déjà largement écrites bien avant ces drames nous indiquent que ce bon sens n'est pas de mise. Le monde politique est dans une pure stratégie émotionnelle, une stratégie réactionnaire et populiste pour employer un jargon d'une autre époque. Il serait temps que ces décideurs reviennent à plus de raisons avant que la décrédibilisation de nos dirigeants ne soient irréversibles

 

 

C'est inquiétant !

Les citoyens ont tout à perdre dans une dictature de l'émotion à commencer par leur liberté de parole et d'action au nom d'un politiquement correct envahissant. Ce n'est pas manquer de respect aux victimes que d'oser réfléchir sur l'illusion du risque zéro et les risques induits par une nation ou la police serait omniprésent. Une fois encore l'histoire devrait nous enseigner à nous méfier de ce chemin trop beau, trop propre que pour être vrais. Ce qui doit aussi nous inquiéter au delà du très spécifique droit des armes c'est cette presse qui de plus en plus ouvertement n'offre plus qu'une vision tronquée, partisane de la réalité. La presse est indépendante dans notre pays, parfois je me demande à la lire et à l'écouter si cette indépendance est réelle ou de façade.

Bonne réflexion à tous. Comme toujours je vous invite à faire en sorte que ce texte soit le moins confidentielle possible.

Eric Blondieau, administrateur. pour la DAAA-AVWL

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.