Un calibre plein de qualité à souvent un avenir, sauf en Belgique en 2005 !

 

Lors de ma visite au Shoot Show j’ai enfin pu découvrir en live le calibre 17 Hornady.Une percussions annulaires qui devrait se positionner rapidement comme un adversaire de taille pour la référence du genre la 22 LR. 

 

Simplement parce que chez nous ce calibre a d’entrée de jeu été classé soumis à détention!


Pourquoi? Simplement parce que chez nous ce calibre a d’entrée de jeu été classé dans une catégorie qui le soumet à autorisation préalable d’acquisition (modèle 4, arme de défense). Alors que des fabricants de renom comme Kimber, Savage et quelques autres se lancent dans la production d’armes chambrée dans ce calibre ou proposent des conversions vers ce calibre pour des armes largement distribuées comme le 1911-A1. Chez nous de par le fait même de ce classement, ce calibre à l’image de quelques autres innovations n’a tous simplement aucun avenir. La théorie est connue, celui qui n’évolue plus régresse, la multiplication des textes de loi et le fait que ces textes n’ont d’autres objectifs que de juguler la détention individuelle d’arme, nous conduisent de facto à la régression.
 

À quoi bon rêver devant ces conversions pour carcasse 1911 à moins de 250 €!


Non seulement le voyage vers notre petite Belgique multipliera allégrement le prix par 3, mais en sus le candidat acquéreur aura encore la corvée d’entamer une procédure pour obtenir le droit d’acquérir la conversion. Une procédure complète pour un morceau d’arme, alors que le bon sens imposerait de simplement ajouter le nouveau calibre sur l’autorisation avec le numéro de série de l’annexe, mais bien évidemment cette solution « frappée au coin du bon sens » ne peut semble il avoir court dans notre bon royaume. Alors qu’en Amérique on trouve des surgardes pour des armes de type M16 dans presque tous les calibres possible, chez nous une personne ayant déjà une autorisation de guerre pour un art-15 devra obtenir une seconde autorisation du même type pour la sur garde en 22lr ou en 17 hmr, idiots, c’est le mot.
 

Les petites dérives et vexations diverses que certains amateurs d’armes rencontrent pour obtenir des autorisations devraient nous inquiéter!


Lorsque l’on a à connaître les petites dérives et vexations diverses que certains amateurs d’armes rencontrent pour obtenir des autorisations et parfois même les limitations illégales et arbitraires du nombre d’autorisation délivrée par certaines communes, certaines provinces, il faut je pense voir cela d’un œil plus inquiet que critique.
 

Une législation trop tatillonne sur des questions de ce type, une communauté sclérosée, un manque d’esprit combatif!


Par la faute d’une législation, trop tatillonnent sur des questions de ce type, touchant plus à l’amélioration d’une arme ou à la possibilité de disposer d’un outil de tir modulaire, à chaque fois adapté à la forme de tir que l’on souhaite pratiquer. Par la faute d’une passivité exagérée des amateurs d’armes, des associations commerciales ou sportives notre communauté se sclérose et risque à terme de disparaître par manque d’esprit combatif.
 

Ne plus voir émerger sur notre marché des nouveautés est un signe de dérive de nos droits!


Le fait de ne plus voir émerger sur notre marché des nouveautés ou plus exactement le fait de les voir systématiquement classées de manières défavorables en fonction de considération plus politique que technique est un signe de la substitution du droit commun par un pouvoir à tendance totalitaire. Nous ne sommes pas que victimes de cette dérive de notre état de droit, notre passivité, notre manque de revendication constructive. Notre goût immodéré pour l’individualisation des traitements et la collectivisation des sanctions nous conduit à vivre de plus en plus dans un monde ou nos droits s’étiolent ou ceux -ci sont abrogés pour de pseudo grand principe humanitaire ou sécuritaire. 


Eric Blondieau, administrateur. pour la DAAA-AVWL

Les commentaires sont fermés.