Tireur qui se pose des questions sur d'éventuelle restrictions sur son loisir avec la proposition de Schengen ( maintenant défait je pense ) . 
Intéressant , ca amène des réflexions sur ce qui pourrait arriver ici très bientôt . Transféré par un de nos membres via mail, malheureusement sans coordonnée d'origine.

 

Pourquoi s'opposer à Schengen ?

 

Je suis tireur sportif et collectionneur d'armes en particulier de PM.

 

Que se passe-t-il pour moi, en cas d'acceptation de l'accord de Schengen ? A priori rien, mes armes de collections, des automatiques sont déjà enregistrées et sont actuellement des armes interdites comme elles le seront par la suite. Au Luxembourg en Belgique et en Finlande des collections d'armes automatiques sont parfaitement légales. Puisque je suis membre de 2 sociétés de tir (différentes disciplines), mon besoin pour les armes restantes est donné. 

Pourquoi donc suis-je opposé à l'accord de Schengen et en particulier à la législation sur les armes puisque rien ne va changer fondamentalement ?

 

Parce que je pense au futur et ai l'exemple des pays environnants devant les yeux. 

 

 

En Allemagne la législation sur les armes à été renforcée en 1970, en raison des groupes terroristes de la RAF (qui d'ailleurs étaient approvisionné par la RDA).

 

A l'époque par exemple on pouvait aller dans un magasin et acheter un fusil semi-automatique sans problème. 

Une génération plus tard et quelques législations plus tard, posséder une arme en Allemagne relève du parcours du combattant : maximum 2 armes courtes et 5 armes longues, appartenance à un club de tir pendant au moins 12 mois, nombre x de tir à accomplir, les armes doivent être en rapport avec la discipline de tir, les armes doivent être conservée à la maison dans un coffre certifié pesant au moins 150 Kg etc.


Le credo officiel est « so wenig Waffen wie möglich unter das Volk » ce qui signifie le moins d'armes possible dans la population. Ce qui était impensable il y a une génération en Allemagne pour les tireurs et aurait amené à une révolte, est aujourd'hui parfaitement accepté et la majorité pense que tout assouplissement de la législation sur les armes amènerait à une guerre civile. 

Ceci est un exemple parfait de la tactique du salami, mais pour que celle-ci soit applicable, il faut une clause du besoin pour l'acquisition et la possession.

 

On arrive donc à la clause du besoin de possession. C'est juste, 

 

 

Pourquoi avoir plus de 2 voire 5 armes courtes lorsque l'on fait du tir sportif, pourquoi posséder par exemple un Desert Eagle 357mag (mon cas) lorsque l'on fait du tir sportif (25m et tir dynamique) et que l'on collectionne les PM.

 

Expliquer au fonctionnaire en charge de vérifier mon besoin, que c'est juste pour le plaisir en raison de l'aspect de l'arme et de pouvoir tirer temps en temps en stand privé et obtenir son aval me semble relever de l'utopie. Je possède un fusil à pompe à crosse rabattable, c'est une arme politiquement incorrecte et qui ne me sert à rien. C'est juste ! En tir dynamique c'est inutilisable, pour la défense du domicile, je ne suis pas suffisamment paranoïaque pour dormir avec mon fusil à pompe chargé, pour pulvériser le potentiel cambrioleur. Il est sagement dans un coffre. C'est une arme dont l'aspect et le fonctionnement me plait, mais qui ne s'insère pas dans ma collection d'arme. Il s'agit donc d'une arme à supprimer d'urgence puisque j'en n'ai pas le besoin. 

 

 

Le problème avec Schengen est donc le suivant. Dans un monde idéal sans tentative de réguler outre mesure la possession d'armes, l'enregistrement et la clause du besoin ne me gêne guère, puisque je n'ai rien à cacher. Cependant nous ne vivons pas dans un monde parfait et Schengen est « l'arme ultime pour en l'espace d'une génération » supprimer les armes légales (les armes illégales n'étant bien sur pas concernées).

Si l'on doit en tant qu'amateur d'arme de combattre l'accord de Schengen, comment comprendre l'attitude de la FST (équivalent de l'URSTBF note EB). 

 

 

Ce ne sont pas des crétins, au contraire, Schengen est l'occasion rêvée pour multiplier le nombre de membres et pouvoir leur imposer des règles.

C'est très simple : Vous devez faire partie, par exemple de la FST, pour pouvoir acquérir une arme, mais la FST n'est pas obligée de vous accepter, elle peut (en tant que club privé) vous imposer des règles. Vous devez tirer x fois dans l'année, participer obligatoirement à des compétition, imposer des restrictions au type d'arme etc. Voulons-nous vraiment ceci ? 

Pour combattre le volet armes de Schengen il faut toucher une part importante de la population. En partant du constat que les amateurs d'armes sont majoritairement des hommes et empiriquement seulement 1 sur 5 (très optimiste) tire régulièrement ceci représente seulement 10% de la population votante qui se sent directement concerné. On ne gagne pas une votation avec 10% de l'électorat.

Comment toucher les 90% qui restent ? Repartons dans les pays qui nous entourent. On estime que 20 Millions d'armes en Allemagne existent de manière illégale. Qui les possède ? Des criminels, certainement pas ! (il n'y en pas autant). Il s'agit de citoyens ordinaires qui ont hérité ou acheté à une époque ou s'était légal une arme et la gardent pour « on ne sait jamais ». En Autriche il y a quelques années les fusils à pompe ont été interdits suite à une tuerie. 70'000 on été importés officiellement en tant qu'armes de chasse et non répertoriées. Après l'interdiction, seuls 7'000 on été déclarés. Où sont passés les 63'000 manquants… à nouveau en mains de citoyens lambda qui les gardent pour « on ne sait jamais ». Nous connaissons tous, je pense plus de personnes possédant quelque part un revolver, un pistolet ou un fusil, mais qui ne sont pas des tireurs ou des collectionneurs actifs. En fait le possesseur passif d'arme ou le possesseur passif potentiel est le public qu'il faut convaincre. 

Pour le convaincre il faut rappeler que la défense de l'intégrité corporelle ne peut pas être déléguée aux seules forces de l'ordre pour la simple raison que l'on ne peut pas mettre un policier derrière chaque citoyen pour le protéger.

Que l'on me comprenne bien, je ne suis pas un paranoïaque, qui lorsque le port d'arme était autorisé en en a fait usage ou possède actuellement un arme chargée rapidement disponible dans la maison. Nous vivons en Suisse dans une relative tranquillité et le besoin objectif d'autodéfense me semble actuellement très bas. Cependant, après de nombreuses années, je suis retourné à Londres pour des vacances. J'étais effaré par le nombre de voitures polices passant toutes sirènes hurlantes (environ une toute les 3 minutes) et la surveillance vidéo omniprésente. C'était un mélange de New York en ce qui concerne les voitures de polices et d'Orwell en ce qui concerne la surveillance. Pourquoi ? parce que l'Angleterre connaît une criminalité galopante et puisque le citoyen normal n'a pas le droit de se protéger on est obligé d'installer partout des caméras vidéos qui permettent de filmer le crime. 

Voulons-nous ceci en Suisse ? Schengen est l'assurance d'une telle évolution.

En tant que citoyen responsable et libre je veux pouvoir défendre mon intégrité corporelle avec des moyens adéquats, en cas de besoin, et ne pas vivre dans état policier et fiché. Je veux que cette possibilité me soit ouverte aujourd'hui, demain, ou dans 20 ans, même si je ne vais jamais l'utiliser. 

Voter Schengen c'est s'assurer que l'on devient une victime passive et sans droit. C'est ce message que doit recevoir l'électeur lambda. Pour que ce message arrive il faut accepter d'aborder des thèmes très politiquement incorrects comme, l'autodéfense, le viol qui explose les agressions avec lésions corporelles qui deviennent monnaie courante. 

Si les tireurs se cantonnent dans la défense du politiquement correct, je fais uniquement du tir sportif sérieux, je suis chasseur pour protéger la nature et je collectionne sérieusement (les pistolets avec système de fermeture Browning entre 1914 et 1918), Schengen est acquis d'avance.

 

Posséder des armes est une responsabilité mais aussi un droit d'un homme libre. On a cependant aussi le droit d'avoir du plaisir (tirer quelque cartouches dans un stand avec une arme qui ne sert à rien) ou le droit de l'utiliser en cas extrême pour défendre son intégrité corporelle propre ou celle d'autrui.

N'oublions pas que les thèmes politiquement incorrects peuvent très bien en quelques années devenir parfaitement acceptables. Le débat récent aux chambres sur le nouveau droit d'asile n'aurait pas été pensable dans le pire cauchemar de la gauche caviar il y a quelques années. 
02.04.2005 

auteur inconnu


Il va de soit que ce propos refléte parfaitement l'analyse que nous faisons de ce qui risque d'arriver à long terme aux amateurs d'armes en Belgique. Les mêmes restrictions, pour les mêmes motifs, les mêmes acteurs avec les mêmes intérets. Un ami cette semaine me faisait remarquer que les USA apparaissent de plus en plus comme un pay anachronique sur ce chapitre aussi. Je suis d'accord sur cette différence affichée, mais pas sur cette certitude que les gens ici détiennent la vérité vraie.

 

 

Eric Blondieau, administrateur. pour la DAAA-AVWL

 

Les commentaires sont fermés.