CONFERENCE MR CE 26 MARS 2007 SUR LES ARMES

Rédigé par Daniel - 22 mars 2007

Défense Active des Amateurs d’Armes asbl

Actieve Verdediging der WapenLiefhebbers vzw

22 mars 2007


CONFERENCE MR SUR LES ARMES LE 26 MARS 2007

Ce lundi 26 mars MR DUCARME et Mr DEPRET du MR organisent une conférence sur les armes dans la salle KURSAAL à MOMIGNIES (sur la route de MACON) à 19h30 où Mr MONFILS parlera également.

INFOS:
Denis DUCARME
Rue de la Coopérative 1
6590 Momignies
Tél:02/549.86.80
GSM: 0473/73.64.78
e-mail: denis.ducarme@ducarme.net

Nous voulons remercier vivement les initiatives de Monsieur MONFILS qui regroupent de plus en plus de personnes au MR (Mr Ducarme, Mr Depret, Mr Bellot, Mr de Donnea, Mme Galant….) et qui tentent de lancer le débat public pour modifier la nouvelle loi sur les armes afin d’en faire une loi équitable pout toutes les parties en tenant compte des exigences pour la sécurité, telles qu’elles ont été définies initialement.

Cependant, bien que les propositions de modifications de Mr MONFILS ont la faculté d’ouvrir le débat, certaines modifications à ces propositions seraient souhaitables afin que les problèmes pratiques, que rencontrent les détenteurs d’armes soient complètement résolus. 

C’est pourquoi, une fois de plus nous mettons l’accent sur les 3 problèmes fondamentaux dans la loi :

A le renouvellement payant tous les 5 ans des autorisations, opération qui n’apporte aucune amélioration à la sécurité publique et inutile puisque le gouverneur a la possibilité à tout moment de retirer les autorisations pour motif grave. Un système de contrôle par simple déclaration régulière des armes, sans frais, devrait être une alternative réaliste pour un contrôle que tous les détenteurs d’armes veulent bien accepter. Nous ne pouvons croire qu’un système de renouvellement serait mis en place uniquement « pour le fric » !!

B l’impossibilité de la détention d’armes, même sans munitions, après ou en dehors des motifs légitimes repris dans la loi, sans que les armes ne soient neutralisées, définitivement ou réversiblement (opération très coûteuse, inutile et qui risque d’abimer les armes), ce qui pose un problème pour la conservation et la transmission du patrimoine, constitué par les armes, aux héritiers ou à des tiers n’ayant pas de motifs légitimes comme définis actuellement. L’élargissement des motifs légitimes à la détention d’armes « sans munitions » doit être possible (le motif que des « munitions pourraient être détenues illégalement n’a pas de sens puisque des armes AVEC munitions peuvent également être détenues illégalement, et dans ce cas : tout à fait anonymement.)

C l’obligation de devoir demander des nouvelles autorisations pour les armes détenues avant le 8 juin 2006, si elles ont plus de 5 ans qui pénalise les détenteurs d’armes qui possèdent des armes, même parfois déjà depuis plusieurs dizaines d’années et ce sans problèmes. Une simple déclaration de toutes les armes avec modèle 4 et la transformation des modèles 9 en modèles 4 serait une alternative réaliste et tout à fait réalisable. Une grande majorité de détenteurs seraient d’accord de payer une petite redevance unique pour intervenir dans les frais. Cette simplification permettrait d’ailleurs aux forces de l’ordre de libérer plusieurs agents, bloqués actuellement.

Des questions et des suggestions positives dans ce sens devraient être présentées aux orateurs de cette conférence de manière à en faire des conférences constructives.

Nous espérons également que d’autres partis politiques auront des initiatives similaires afin de rencontrer la population sur le terrain pour écouter les problèmes que cette loi a amenée sans pour autant pouvoir résoudre le problème fondamental d’insécurité qui hante actuellement notre société.

NOUS VOUS DEMANDONS DONC D’ETRE PRESENT LE PLUS POSSIBLE A CES CONFERENCES CAR C’EST MAINTENANT OU JAMAIS LE MOMENT DE MONTRER NOTRE PROTESTATION.

En dehors des conférences nous voulons encore insister une fois de plus sur l’importance capitale d’écrire des lettres de protestation aux élus de tous les partis politiques. Ce n’est qu’une protestation sans fin qui fera bouger le monde politique. Même l’URSTBf fait, enfin, un petit effort pour sensibiliser ses membres auxquels ils ont censurés nos messages précédents. Mais : mieux vaut tard que jamais ! 

DANIEL BEETS

Jurbise, compte-rendu de la conférence du 5 mars 2007.

Rédigé par Eric - 06 mars 2007

 

Plus de 650 personnes !


Plus de 650 personnes étaient présentes à la conférence-débat organisée par Madame Jacqueline GALANT (MR) que nous voulons particulièrement remercier pour son initiative, où Monsieur Philippe MONFILS (MR) a fait le point de la situation sur la loi sur les armes et où il a répondu à de multiples questions, posées par un public inquiet et outré.

Un public inquiet et outré !


Les points les plus marquants de la soirée et du débat sont les suivants : les organisateurs ont pu se rendre compte que le nombre de personnes concernées est plus grand qu’ils ne pensaient et que les 650 personnes présentes ne forment qu’une infime partie de l’iceberg des personnes inquiètes et outrées concernées par la loi sur les armes. Il faut souligner que le public représenté à ce débat était un bon panel de la société belge et que parmi ces gens de toutes origines nombreux étaient des électeurs proches des idéaux socialistes. Des valeurs de droit et de respect qui sont diamétralement opposés à celle qui a conduit Onkelinx et son parti à promulguer ce texte et qui sont encore en totale opposition avec cette volonté de non-dialogue affichée par la ministre. Si le Parti socialiste est encore un peu à l'écoute de la population, sur ce point, il doit revoir rapidement la copie de madame Onkelinx.

Pas de média !

Une preuve, une de plus que le traitement de l'information dans ce pays est partisans. Les amateurs d'armes sont plusieurs dizaines de milliers de citoyens et il faut encore y ajouter leur famille. La loi Onkelinx fut votée en jouant de l'émotion. Cette loi votée avec une prétention sécuritaire échoue dans cet objectif. Par contre, elle rencontre pleinement les objectifs du lobby anti-arme qui ne sont ni plus ni moins qu'un déni de démocratie et le désir de spolier gravement les honnêtes gens au profit exclusif des truands.

 

La plupart des partis politiques de la majorité ne montrent pas de volonté de modifier correctement la loi sur les armes.

Les quelques timides propositions, entre autres proposées dans le groupe de travail de la commission justice, ne sont que des plâtres sur une jambe de bois. Seul le MR a fait des propositions plus sérieuses via Monsieur MONFILS et Monsieur ROBERT DENIS. 
Et même si certaines de ces propositions ne sont peut-être pas tout à fait en concordance avec les besoins pour faire une loi équitable, elles ont l’avantage d’avoir voulu ouvrir le débat où ces propositions pouvaient encore être amendées. 

La ministre de la justice (PS) refuse arbitrairement toute modification à sa loi.

Malheureusement, l’obstination incompréhensible de la ministre de la justice à refuser toute modification à cette loi, votée dans la hâte et dans l’émotionalité, semble effrayer la plupart des politiciens à soutenir les modifications proposées, voire même de refuser d’ouvrir le débat, tout simplement, actuellement.

3 problèmes fondamentaux!

le renouvellement payant tous les 5 ans des autorisations!


Opération inutile puisque le gouverneur a la possibilité à tout moment de retirer les autorisations pour motif grave. Un système de contrôle par simple déclaration régulière des armes, sans frais, devrait être une alternative réaliste pour un contrôle que tous les détenteurs d’armes veulent bien accepter. L'alternative réaliste et réfléchie étant une déclaration quinquénale sans frais.

l’impossibilité de la détention d’armes, même sans munitions !


Après ou en dehors des motifs légitimes repris dans la loi, sans que les armes ne soient neutralisées, définitivement ou réversiblement, ce qui pose un problème pour la conservation et la transmission du patrimoine conçu par les armes. Qui empoisonne aussi les personnes qui furent active leur vie durant dans les domaines de la chasse ou du tir et qui à la fin de leur vie se voient criminalisées et enuyées par leur simple désir de conserver leurs biens. L'alternative réaliste est la reconnaisance du fait que la détention pour motif sentimental ou patrimonial est un motif légitime. 

l’obligation de devoir demander une nouvelle autorisation si elle a plus de 5 ans !

Cela pénalise les détenteurs d’armes qui possèdent des armes, même parfois déjà depuis plusieurs dizaines d’années et ce sans problèmes. Une simple déclaration de toutes les armes avec modèle 4 et la transformation des modèles 9 en modèles 4 serait une alternative réaliste et tout à fait réalisable. Une grande majorité de détenteurs seraient d’accord de payer une petite redevance unique pour intervenir dans les frais. L'alternative réaliste étant la déclaration et une éxonération totale ou partielle pour les armes détenues légalement préalablement à la modification législative!

Continuer, sans relâche, à protester contre cette loi !

Il est primordial de continuer, sans relâche, à protester contre cette loi auprès des élus. En effet, ce n’est que grâce aux protestations que les élus et le gouvernement ne pourraient être motivés à introduire des modifications. Il est donc très important que tous les tireurs continuent écrire pour protester, même s’ils ne reçoivent pas de réponse. Ce n’est que la ténacité qui peut produire du résultat.

l’URSTBf et sa représentante ont été hués à juste titre pour leurs interventions néfastes et répétitives !

Nous l'avons dit à de multiples reprises. La voie choisie était une erreur. S'obstiner dans cette voie était une faute. La responsabilité d'une partie du staff de l'URSTBF est largement engagée. Ils sont largement responsables de l’évolution néfaste pour les détenteurs d’armes. Même actuellement l’URSTBF refuse catégoriquement la concertation avec les autres groupes d’intérêts et continue maladroitement dans une direction qui nuit à tous les amateurs d’armes, à l’exception de quelques privilégiés. La récente publication des disciplines reconnues comme sportive avec l'exclusion des disciplines 17 (supercalibre) et 24 (fusil d'ordonnance), à l'heure ou en France ce crée les disciplines TAR qui voient concourir des floppées de Ar15 et autre Ak47. La négation même de l'existence de l'IPSC (discipline mondiale), là non prise en compte de toutes les disciplines de tir dynamique. La fédération francophone pesée 11000 membre et une partie de son comité directeur c'est acharné à défendre un texte qui en définitive est favorable à 2000 de ces membres, ceci reste pour moi un sujet d'étonnement. Ces gens auraient voulu que le tir ne leur survive pas et en ce cas seulement je vois une cohérence à leur intransigeance.

En conclusion, même si les élus du MR ont voté, dans des circonstances tout à fait inhabituelles et dans la précipitation, ils sont, actuellement les seuls à montrer la volonté et le courage d’avouer que des erreurs ont été commises et que des réparations à cette loi sont indispensables afin de la rendre équitable et acceptable pour toutes les personnes touchées. Les modifications proposées ne posent aucun problème pour la sécurité publique et peuvent rétablir la confiance du citoyen dans son gouvernement.

La DAAA remercie les élus du MR pour leur initiative et nous espérons que d’autres initiatives seront prises par d’autres partis politiques afin de faire également des propositions dans le même sens ou simplement de soutenir et éventuellement de modifier les propositions actuelles dans le bon sens.

Nous espérons que d’autres initiatives seront prises par d’autres partis politiques !

Car les amateurs d'armes sont de toutes les sensibilités politiques et cela aussi, c'est une variable que madame Onkelinx a négligée à l'heure de servir la soupe à ces amis des lobbys libertaire. Même si sur le fond ce débat ne nous a rien appris. Je souhaite vivement que d'autres débats soient organisés, qu'ils bénéficient de plus de publicité et que peut-être les médias reçoivent l'autorisation si ce n'est de traiter objectivement le sujet, il ne faut pas rêver aucun article n'est toléré dans la presse généraliste sans les mensonge du GRIP. Au moins de signifier que l'événement a existé.

Note: Daniel et moi étions présent à cette assemblée ce texte constitue un mix de nos impressions.

Eric Blondieau, administrateur. pour la DAAA-AVWL

 

 

 

Belgique, mauvais élève de l'Europe !

Rédigé par Eric - 07 février 2007

C'est ce que révèle une étude publiée par l'institut Gallup Europe basée sur la compilation de chiffre statistique et d'enquête de terrain. Le ministère de l'Intérieur n'est pas trop d'accord avec les résultats de l'étude et fait référence à ces propres chiffres. La différence s'explique aisément par le fait que la police ne comptabilise que les faits délictueux qu'elle traite alors que l'étude comptabilise tout les faits. Comme beaucoup de mes concitoyens, j'ai déjà fait l'expérience de l'inutilité de déposer plaintes pour un certain nombre de fait et même parmi les plus graves comme des agressions physiques les poursuites ou même l'interpellation des contrevenants est loin d'être certaines.

Pourquoi ces chiffres médiocres n'étonnent que nos politiciens !

Probablement parce que ceux si dans une très large majorité ne sont plus connecté à la réalité vécue par les citoyens dans ce pays. Parce qu’aussi, surtout reconnaitre ces chiffres, c'est reconnaitre que les politiques menées en matière de sécurité sont des échecs. Peut-on encore douter de l'inefficacité de la réforme de la police en terme de présence policière destinée à la lutte contre la criminalité. Peut-on encore douter de l'échec de la réforme de la justice et de son corollaire la simplification judiciaire. Je ne le pense pas et une immense majorité de citoyens constatent de plus en plus fréquemment qu'en fait la plupart des réformes législatives et l'essentiel de l'action policière et pénale sont focalisés non pas sur la lutte contre les criminels avérés, mais contre les citoyens eux-mêmes.

La politique de sécurité publique est un échec, le gouvernement se trompe systématiquement de cible.

Alors que la ministre de la Justice a fait passer en force une loi anti-amateur d'armes, en jouant sur l'émotion suscitée par un drame qui relever plus d'un acte raciste que d'un acte posé par un amateur d'arme . Une loi qui rappelle la porte atteinte à la propriété privée en obligeant les gens à se défaire de leur patrimoine. Une loi qui ponctionne lourdement le portefeuille des citoyens. Une loi injuste et vexatoire qui criminalise des honnêtes gens et détourne les forces de police de la lutte contre la vraie criminalité et les truands qui sont le moteur des crimes et de l'insécurité.

10 armes détenues légalement par passion ou pour le sport, elles vous couteront 650€.


Quel monde merveilleux, des dizaines de personnes âgées vont réduire ou arrêter la pratique de leur loisir devenu trop couteux et trop rébarbatif devant l'accumulation des contraintes administrative. Ces gens vont devoir arrêter de faire ce qu'ils aiment grâce à madame Onkelinx

Un truand porteur d'un bracelet électronique Onkelinx lui donne...650 €

Et pendant ce temps-là le petit voyou qui a agressé une vieille dame, va sortir de prison apurée quelques semaines, on va lui poser un bracelet et on va lui filler 650 € chaque moi en espérant qu'il se tienne tranquille. Franchement, je ne sais pas qui peut douter que les chiffres de cette étude soient valides, criminaliser les honnêtes gens et verser des primes aux crapules c'est certainement la voie royale vers une aggravation de l'insécurité et de la criminalité dans ce pays.

Les couteaux dans le collimateur.

En 2006, les agressions à l'arme blanche surtout sur des mineurs ont souvent été évoquées. Récemment encore, deux cas ont fait la une, dont le dernier à Ostende s’est une fois encore soldé par la mort d'un jeune homme. Dans un monde qui fonctionne bien cela appelle des questions. Des questions, sur cette partie de la population et de la jeunesse en particulier qui est à ce point en manque de valeur quelle semble considérer que la vie d'un tiers ne vaut pas plus qu'un baladeur MP3 ou une clope, mais non pas chez nous. 

 

Chez nous, la faute c'est l'objet.

À écouter certains gourous politiques, une bonne loi anti couteau et hop, il n'y aurait plus de problème. Pourquoi pas une taxe sur les couteaux, puisque selon Onkelinx les taxes sont favorables à la sécurité.... quitte à faire le voyage en absurbdie. À force de criminaliser l'objet et à forcioris à criminaliser le citoyen qui détient cet objet sans avoir l'intention de nuire à quiconque, le message que le monde politique envoie à la population est "vous êtes tous des criminels " et cela nuit forcément à un travail de police efficace et à une justice exemplaire.

Ces simplismes sont dangereux.

Notre caste politique est dangereuse, car déconnectée des réalités du terrain. Cette minorité qui nous gouverne vis en vase clos, habitué aux privilèges, ils n'écoutent plus la population et s'imaginent que des mesures d'interdiction spectaculaire ou de grande séance de destruction devant les caméras sont des actes forts. Ils se trompent, ils nous trompent. La politique spectacle, la dictature du sensationnelle ce n'est pas une façon honnête de faire progresser une société, mieux ces mesures en prenant à partie les honnêtes gens, déboussole une partie de ceux-ci qui se retrouvent poussé à une attitude de défiance envers les institutions.

Bientôt on vote 


Ne vous étonnez pas, si nos décideurs politiques et les grands partis omniprésents depuis toujours au pouvoir ne sont pas sanctionnés, que cette médiocre manière de faire de la politique perdure. Le système belge est solidement verrouillé et il faut une prise de conscience majeure pour le faire dériver. Alors que les citoyens belges sont en demande d'une plus grande sécurité, de plus de lutte contre la criminalité, d'une réduction importante de l'impôt sur le travail... nos politiques et leur parti s'apprêtent eux à nous vendre une Xieme réforme constitutionnelle et un Nieme marchandage communautaire. C’est quand même, me semble-t-il assez éloigné du mandat populaire.

Eric Blondieau, administrateur. pour la DAAA-AVWL

 

 

Désinformation & manipulation !

Rédigé par Eric - 07 février 2007


Les prétextes sont faits pour servir !


En écoutant le journal, deux causes mon interpellé. Une relativement ordinaire, j'y ai appris que la loi contre nos droits et nos biens, la loi Onkelinx était la résultante du meurtre de Joe van Holsbeek, c'est ce que le premier ministre et sa souriante ministre de l'injustice ont déclaré après avoir rencontrés médiatiquement "les amis de Joe " ... C'est bizarre, je croyais qu'en fait cette loi nous avait punis collectivement du drame raciste d'Anvers, enfin les prétextes sont faits pour servir. La vérité, la sordide vérité c'est que cette loi et les malfaisants qui en faisaient la promotion étaient à l'affut d'un événement pour la placer depuis presque 20 ans. Il y a visiblement des formations politiques qui sont ennuyées de voir les gens bénéficier de droits et de liberté et aspirent à transformer notre monde en une espèce de goulag, avec le prétexte du souci du bien pour la majorité évidemment. A priori, ma culture verrait bien des partis liberticides types VB ou FN dans ces rôles qui semblent avoir été créés pour eux, le natif qui sommeille en moi lorsqu'il se réveille est toujours vaguement choqué de voir que la majeure partie des atteintes à nos droits sont le fait de partis qui se proclament humanistes ou socialistes. J'ai toujours cru que des principes comme la tolérance ou le respect des individus étaient des valeurs qui ne souffraient que peu de limite, j'ai dû me tromper dans l'édification de mon échelle de valeurs.

Ensuite, André flahaux découvre Google hearth!

Au début, j'en ai rigolé. Ce petit logiciel bien connu depuis de nombreuses années permet de visualiser des images satellites de la planète avec une définition au sol qui peut aller j'usqu'a identifier des détails de l'ordre d'une forme humaine. 


Le pentagone.

Et voilà notre autre socialiste de service parti dans un délire paranoïaque sur la nécessité de brider les images pour éviter le risque d'attentat terroriste. J'ai extrait quelques images de cité potentiellement stratégique et je dois dire deux choses. D'abord, ces images n'apprennent rien de plus que ce qu'une bonne observation au sol ne pourrait apprendre, ce sont des images figées et qui datent au mieux de plusieurs mois, même le système de coordonnées ne fait pas mieux que n'importe quel GPS bas de gamme. Ensuite, le pays qui offre la meilleure définition au sol sont logiquement les USA et eux ne brident pas les images, pourtant en terme de paranoïa sécuritaire ils sont parfois limite irritant depuis un certain onze septembre.

base navale de Norflok

Soyons sérieux, je ne suis pas idiot, c'est évident que tout ne peut être montré et que certains endroits sont ignorés ou que les photographies sont analysées avant d'être visibles via le logiciel. Mais fallait-il vraiment entendre un ministre s'inquiéter de ce sujet et pixelliser des zones "sensibles " n'est-ce pas la meilleure manière d'attirer le regard d'éventuels apprentis terroristes sur ce qui nous est sensible.

florenne

Internet est un espace de liberté, pas de non droit, mais de liberté et ici aussi on constate que des groupes politiques avec le prétexte de la sécurité publique ou de la protection de l'enfance sont très prédisposés à y transposer la culture de l'interdit qu'ils ont réussi à mettre en place au niveau des médias traditionnels.

Une petite derniere de la maison blanche, ou on distingue le bureau ovale et la piscine à George (Bush par Etienne). Tous ceux qui ont déjà été à washington le confirmeront, les détails sont tout aussi visible sur place.

Jouer des peurs est toujours un moteur puissant !

C'est en manipulant les craintes des gens que des lois de plus en plus contraignantes sont votées et appliquées. Les lois anti-armes ne jouent que de cela, la peur de l'insécurité et un fait divers sanglant sont les deux facteurs clef pour déposséder les citoyens d'une liberté et d'un droit. Faire peur, sur l'environnement, sur l'alimentation, sur l'énergie, sur le terrorisme, sur la pédophilie, sur internet. Le journal télévisé ce n'est que cela un concentré de peur, 30 minutes de frayeur en intraveineuse chaque jour avec dix minutes de décompression à la fin avec le dieu football et dés le lendemain la course aux fausses bonnes idées, car c'est vrai, "on l'a dit à la télé !". Nous les amateurs d'armes avons un problème d'image, mais ce problème n'est pas de notre fait et nous n'avons pas de possibilité de changer cette image. Pour un Daniel Beets qui explique à la télé que la coutellerie ce n'est pas les agressions, dés le jour suivant, un prof d'une école pour caractériel dont on ne cite pas le nom, montre ces prises de guerre, une dizaine de lames bon marché ou fabriquée maison et hop, magique, on oublie que le problème c'est la crapule derrière le manche pour se focaliser sur l'objet. Une bonne loi anti couteaux devrait arranger bien des choses.

Réfléchir et faire réfléchir !


C'est comme ça que nous pouvons avancer. Le travail n'est pas simple, les gens préfèrent tellement la mixture informative de la télévision et surtout ne pas s'interroger sur les valeurs morales de la société et la manière correcte de faire progresser ces valeurs, via l'éducation et la sanction des individus qui enfreignent les lois de base.

 


Eric Blondieau, administrateur. pour la DAAA-AVWL

 

Peace, love et stands de tir!

Rédigé par Eric - 08 janvier 2007

Je ne résiste pas à vous proposer l'excellent éditorial de Eric Bondoux parus dans la revue cible de ce mois de Janvier.

citation »

Sur la couverture de leur best-seller "Freakonomics" (Économie saugrenue.Éditions Denoël Impacts) qui a fait un tabac aux États-Unis, le professeur d'économie Levitt et le journaliste Dubner, du New York Times, posent quelques devinettes. 

Parmi elles : 

« Quel est le plus dangereux : une piscine ou une arme à feu ? »

Leur réponse : 

plouf, plouf, c'est la piscine !


Illustration par l'exemple : une petite fille a deux amies dans son quartier. Les parents de l'une ont une piscine, les parents de l'autre ont une arme à feu chez eux. Craignant un accident - et bien sûr influencés par le battage des organisations anti-armes qui présentent toute arme détenue à domicile comme une source d'hécatombe - les parents de la petite fille lui interdisent d'aller jouer chez les uns, mais ne voient pas d'inconvénient à ce qu'elle profite de la piscine chez les autres.

La décision des parents est influencées par le battage des organisations anti-armes qui présentent toute arme détenue à domicile comme une source d'hécatombe !

Mais ont-ils correctement évalué les risques ? Pas du tout. « Le risque de mourir noyé dans une piscine (un sur onze mille) est incomparablement supérieur à celui de périr par balle (un sur plus d'un million) », nous disent les auteurs. En fait, cent fois supérieur dans le cas d'un enfant de moins de dix ans !

 

1 malchance sur onze mille de ce noyer, c'est infiniment plus que 1 sur plus d'un million de mourir d'une balle. Le risque de noyade est 100 fois plus grand !

Le préjugé peut donc l'emporter sur la réalité du risque. C'est ce à quoi nous sommes confrontés, quasiment en permanence, dans le domaine des armes de sport ou de collection.

Et c'est pourquoi nous ne devons pas nous lasser d'expliquer, encore et toujours, que la possession d'armes par les tireurs et les collectionneurs n'implique pas un mode de vie ou de pensée violent.

Le préjugé peut l'emporter sur la réalité. C'est ce à quoi nous sommes confrontés, en permanence, dans la défense de notre passion !

Un bon "truc" pour cela : demander aux incrédules s'ils ont déjà entendu parler d'un championnat de tir - du local à l'international, en France ou à l'étranger - qui ait nécessité la mobilisation de centaines de membres des forces de l'ordre pour tenter d'éviter toute violence ? D'une coupe de tir - quelle que soit la discipline - pour laquelle il faille dépenser une fortune aux frais du contribuable pour contrôler des supporters enragés ? D'une compétition de tir où les spectateurs sont fouillés à l'entrée comme dans un aéroport ? D'un arbitre FFTir insulté ou agressé par des tireurs ou des accompagnateurs mécontents ? De "coups de boule" entre participants ? D'incidents impliquant des armes à feu, pourtant présentes en nombre (et pour cause) sur les lieux des épreuves ? De dégradations, pillages, incendies ou fusillades, morts et blessés aux alentours du club organisant la rencontre, avant ou après celle-ci ?

Les réponses s'imposent d'elles-mêmes.

C'est la bonne nouvelle de l'année naissante : on est infiniment plus en sécurité au milieu de licenciés armés dans un club de tir que dans ou près d'un stade où se "dispute" (lourde ironie) un match de football tant soit peu important. Dur à avaler pour beaucoup, mais indéniablement réel.

Faites passer le message : 

si vous êtes las de la violence et adepte du "peace and love", rendez-vous dans les stands de tir !

En attendant, toute l'équipe de Cibles vous souhaite sincèrement la plus belle année 2007 possible, de tout cœur.


Éric BONDOUX, rédacteur en chef de la revue « CIBLE »

Fin de la citation:


Eric Blondieau, administrateur. pour la DAAA-AVWL

 

 

 

Fil RSS des articles

« précédente page 7 sur 7